Projets solaires jamais construits : une étude chiffre le problème

Print Friendly, PDF & Email
Centrale solaire de Torreilles. (Crédit : Neoen)

Que deviennent les projets lauréats des appels d’offres solaires ? Combien ne sortent jamais de terre ? Objet d’un débat entre le syndicat Enerplan et la Commission de régulation de l’énergie il y a quelques mois, la question a été posée à tous les gagnants du rocambolesque appel d’offres solaire « CRE 3 » clos fin 2015 ; il avait réuni 1 100 MW, avec un délai de deux ans pour mettre en service les centrales. Enerplan et France Territoire Solaire ont en effet demandé en juin dernier au cabinet de conseil Finergreen de mettre des chiffres sur le sujet – Finergreen identifie et analyse en effet les résultats de tous les appels d’offres.

Les absents ont toujours tort

Publiée demain 9 novembre et consultable ci-dessous, l’étude repère 673 MW raccordés ou en cours de raccordement, soit 76% du panel sondé, 199 MW encore incertains (22,5% ) et 13 MW abandonnés (1,5%). Mais le volume non-sondé, c’est-à-dire les développeurs qui n’ont pas répondu à Finergreen, reste important : 214 MW. Or, ces développeurs sont aussi les plus susceptibles d’être gênés par la question. Par ailleurs, comme le souligne Damien Ricordeau, fondateur du cabinet, ces non-répondants sont souvent « des acteurs de petite taille. Certains nous sont inconnus. Il y a parmi eux un certain nombre de collectivités locales, dont la participation aux appels d’offres est ponctuelle ».

Ces non-répondants sont manifestement une population à risque, sur le critère des projets avortés. Le pourcentage pas si mauvais de ...