L’énergie en 2040 : la contradiction est totale [Etude]

FavoriteLoadingAjoutez cet article à vos favoris
Print Friendly, PDF & Email

Publié aujourd’hui, c’est-à-dire au beau milieu de la COP 23, le rapport de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) sur les perspectives de l’énergie mondiale dans les 20 ans qui viennent est loin d’annoncer un déclin de la consommation de pétrole. Au contraire, la demande, tirée non plus par l’automobile mais par la chimie, le transport aérien et maritime, va continuer à augmenter d’ici 2040 (105 millions de barils/jour), à un rythme de plus en plus lent. Le retour des États-Unis au tout premier plan de la production d’énergie fossile est même considéré par l’AIE comme l’un des quatre grands facteurs structurants de l’énergie mondiale, pour les deux décennies à venir.

Les EnR en plein boom…

Les trois autres facteurs sont un peu plus cohérents avec les objectifs de l’accord de Paris et avec ce qui se négocie à Bonn en ce moment. L’accélération des renouvelables, tout d’abord, tirée par la baisse des coûts dans le solaire. Les EnR devraient ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.