« Il faut développer des services innovants » [ 2/7]

Print Friendly, PDF & Email

[Dossier : Energie, le défi de l’essor des véhicules électriques]

Guillaume Kosman (Crédit : Colombus)

Entretien avec Guillaume Kosman, consultant chez Colombus Consulting, spécialisé dans la mobilité électrique, sur le développement du marché des véhicules électriques et la nécessité de déployer des réseaux d’infrastructures de charge avec des services et des business models innovants.

GU : Malgré des annonces retentissantes, le véhicule électrique peine à se faire une place (1% de part de marché). Pourtant les prévisions des constructeurs, et même des gestionnaires de réseau, sont encore très ambitieuses : jusqu’à 7 millions de VE en 2025. Partagez-vous cet optimisme ?

Guillaume Kosman : Le marché du véhicule électrique ne s’est pas développé aussi rapidement que prévu et certaines prévisions seront clairement inatteignables. Les experts du secteur s’accordent pourtant sur le fait que le marché va décoller dans les prochaines années. Même des acteurs tels que BP, Exxon ou l’Opep, très tournés vers les hydrocarbures, ont doublé leurs prévisions pour 2040.

En France, environ un quart du parc automobile actuel est convertissable, c’est-à-dire que le constructeur propose le même modèle en électrique. En écartant les automobilistes qui ne disposent pas d’une place de parking personnelle, c’est un marché de 8 millions de véhicules à capter dans le court terme, ce qui n’est pas rien. La plupart des observateurs voient les courbes TCO (Total cost of ownership) du véhicule thermique et électrique se rejoindre en 2025.

GU : Vous avez étudié le cas d’un départ en vacances Paris-Marseille en VE (voir graphique ci-dessous). Quels enseignements en avez-vous tirés ?

GK : Un Paris-Marseille en 2016 en VE représentait 13h de trajet dont une part considérable est dédiée à la recharge (11 pauses de 30 min). Le stress de la panne est omniprésent et ...