Climat : les investisseurs institutionnels à la peine

FavoriteLoadingAjoutez cet article à vos favoris
Print Friendly, PDF & Email

Le sommet climat du 12 décembre à Paris sera-t-il l’occasion de relancer les investissements dans une économie bas carbone ? Oui, selon Pascal Canfin, directeur général du WWF France. Spécialiste du sujet, il s’attend « à une nouvelle vague d’engagements, la troisième après le sommet des Nations-Unies à New York en 2014 et la Cop21 en 2015 ». Ce sommet du 12 décembre (« One planet summit« ) offrira l’opportunité « de renforcer le portage politique autour des investissements responsables et du risque carbone », abonde Anne-Catherine Husson Traoré, directrice générale de Novethic. Une occasion à ne pas rater : Novethic et le WWF présentaient ce 28 novembre deux rapports sur les investisseurs institutionnels français. Et force est de constater que leurs pratiques ne profitent pas encore franchement à l’économie verte.

3.160 Mds€ d’actifs

Novethic s’est penché sur l’article 173 de la loi de transition énergétique pour la croissance verte (LTECV). Plus précisément, son application par les 100 plus grands investisseurs institutionnels français, qui représentent 3.160 Mds€ d’actifs. Parmi eux, le WWF a étudié le cas des 16 plus grands assureurs, qui gèrent deux-tiers de cette somme (lire encadré ci-dessous). Cet article 173 a créé une obligation d’information sur la gestion des risques financiers liés au climat, et la prise en compte des critères environnementaux et sociaux dans les politiques d’investissement. Une étude de la société de conseil Indefi avait montré la limite de l’exercice. Ce constat sort conforté de l’analyse de Novethic.

Sur les 100 plus gros investisseurs institutionnels,...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.