A Lyon, le biométhane tourne en boucle

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Martin Brower)

Collecter des déchets organiques avec un camion roulant au gaz, produire du biométhane avec ces mêmes déchets et améliorer en même temps la chaîne logistique. C’est le sens de l’expérimentation en démarrage dans la région de Lyon, avec comme protagonistes trois restaurants McDonald’s, l’entreprise de livraison Martin Brower, les fabricants du camion de 26 tonnes (Iveco, Chéreau, ETA, entre autres) et un méthaniseur agricole.

A partir de mi-décembre, le camion va collecter trois fois par semaine les résidus issus des cuisines, en même temps qu’il procèdera à l’approvisionnement. D’où les deux caisses du véhicule : en haut le frigo pour les denrées apportées, en bas la citerne à déchets, à emporter. Malaxés au préalable sous forme de bouillie par McDo, ceux-ci sont aspirés, acheminés puis stockés temporairement sur le site de Martin Brower à Chaponnay (Rhône). Pour finir, ils rejoignent un méthaniseur, pour l’instant en Haute-Savoie. A partir de juin prochain, ils approvisionneront une unité plus proche, en construction à Saint-Denis-sur-Coise (Loire) par 12 agriculteurs. Et pour se recharger en carburant, le camion va aller s’avitailler dans une station-service au gaz de GNVert à Corbas, à quelques kilomètres de Chaponay. Pour la beauté du geste, il sera intéressant de  ...

connaître un jour le rapport entre la consommation du camion et la production de biogaz issue des déchets qu’il transporte.

Les déchets, grosse question chez McDo

« L’idée de rouler au gaz tout en contribuant à produire du biométhane a été lancée il y a deux ans ; elle était basée à la fois sur une optimisation de la reverse logistic – le retour des camions -, le souhait de tester les nouvelles motorisations et de renforcer la collecte des déchets pour McDonald’s », explique Thierry Allègre, directeur support aux opérations de Martin Brower. Cette entreprise d’origine américaine est le logisticien exclusif de la chaîne de restauration rapide, par ailleurs vivement interpellée cette année par l’ONG Zero Waste sur la gestion des déchets colossaux qu’elle génère. 

Encore agnostique sur l’évolution technique de sa flotte de plus d’une centaine de camions, vers l’électrique, le gaz, ou une forte densité d’agrocarburants – sans doute un mix des trois, selon Thierry Allègre – Martin Brower compte pour l’instant mettre en service quatre camions au biométhane l’année prochaine, desservant à terme une vingtaine de restaurants et collectant leurs résidus – issus des cuisines, pas du tri des poubelles pour les clients. Ce sera le moment de se poser la question de l’économie de la démarche, en tenant compte à la fois du prix encore élevé des camions au gaz et des gains sur la collecte de déchets et la chaîne d’approvisionnement globale, puis de s’interroger sur l’extension, ou non de la démarche ; 1 433 McDos sont ouverts en France…  

Le cimentier Vicat et Iveco ont présenté un nouveau camion-toupie au gaz en septembre. La France compte aujourd’hui 69 stations GNV ouvertes au public et 250 à 300 sites privés, souvent réservés aux flottes captives. A date, 40 centrales injectent du biométhane dans les réseaux, 90 sont annoncées pour fin 2018.