Engie décroche 250 MW éoliens en Égypte

Print Friendly, PDF & Email

L’Égypte vise 7 GW de capacité éolienne installée sur son territoire en 2022 et Engie compte bien en profiter. L’énergéticien français a officialisé ce 31 octobre la signature d’un contrat pour la construction et l’exploitation d’un parc éolien de 250 MW à Rhas Gharib dans le Golfe de Suez.

Il y a quelques jours, les développeurs tricolores Eren Re, EDF EN et Voltalia décrochaient cinq projets de centrales solaires en Égypte. Engie entend lui-aussi ...

se développer dans un pays « qui table sur une forte croissance des besoins en énergie au cours des prochaines années pour accompagner son développement économique et social », commente par communiqué Bruno Bensasson, directeur général d’Engie Afrique.

344 millions d’euros

En juillet dernier, Engie affichait ses ambitions en Chine en se disant prêt à y investir un milliard d’euros dans les énergies vertes. Dans l’éolien, la société dirigée par Isabelle Kocher multiplie les projets dans le monde entier : au Ghana, en Inde ou encore au Brésil. En Égypte, son nouveau projet, baptisé « Gulf of Suez », représente près de 400 millions de dollars d’investissements (344 M€). Son financement sera assuré par la banque japonaise de coopération internationale, avec la SMBC et la Société Générale. « De plus, l’agence japonaise de crédit à l’exportation, Nexi, assurera la couverture d’assurance pour les prêteurs commerciaux », précise Engie.

Le parc de Rhas Gharib bénéficiera d’un contrat d’achat d’électricité de 20 ans. Sa construction doit démarrer en 2017 et durer deux ans.