Pour l’industrie, la transition énergétique n’est toujours pas une priorité

FavoriteLoadingAjoutez cet article à vos favoris
Print Friendly, PDF & Email
Laurent Michel, directeur de l’énergie et du climat, au colloque Energie Industrie de l’Ademe

L’Ademe organise ce mardi et demain son deuxième colloque Énergie Industrie dédié à l’industrie de demain. Alors que le beffroi de Montrouge verra défiler pendant deux jours des initiatives exemplaires menées par des industriels tricolores, bouclées le plus souvent grâce à des aides de l’Etat, le constat en toile de fond est beaucoup plus maussade. La transition énergétique n’est pas une priorité pour l’industrie et les niveaux d’investissement restent faibles, constate l’Ademe.

Gisements colossaux

En France, l’industrie représente à elle seule un quart de la consommation finale d’énergie (un tiers de la consommation d’électricité) et 20% des émissions de gaz à effet de serre : des chiffres qui illustrent à eux seuls l’intérêt de faire entrer l’industrie tricolore dans la transition énergétique et écologique en cours. D’autant que les marges de progression sont énormes : « 36 % de la consommation de combustibles dans l’industrie française part aux petits oiseaux », rappelle Bruno Léchevin, président de l’Ademe. Plus précisément : on estime à 109,5 TWh le gisement de chaleur fatale récupérable dans l’industrie.

Le profil de consommation des industriels est en outre, dans la