Deux fois plus de centrales de biométhane en service fin 2018

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : France Biométhane)

Prévue par la loi du 24 février dernier et confirmée lundi dernier par Sébastien Lecornu, secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, la prise en charge à 40% du coût de raccordement des projets de biométhane* est encore en attente d’un arrêté et d’un décret. Le Code de l’énergie, qui affecte aux producteurs d’énergie la totalité des frais de connexion au réseau, doit être modifié.

La réfaction tout de suite

Christophe Bellet, responsable projet biométhane de GRDF, n’a aucun doute sur la parution des textes et d’ailleurs l’opérateur de réseau estime être en mesure de mettre en oeuvre dès maintenant cette réfaction tarifaire. Elle va contribuer à accélérer le développement de cette filière en retard sur les objectifs nationaux. « Pour des projets de taille moyenne, par exemple de 3 M€ et 80 Nm3, un raccordement de 3 km coûte 300 000 euros, soit 10% de l’investissement. La prise en charge à 40% va les encourager », prévoit ce professionnel.

Pour l’instant, le surcoût va être assumé par l’opérateur de réseau, d’une part parce qu’il est très ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.