Daimler s’offre une start-up du covoiturage quotidien

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Flinc)

L’intérêt des acteurs de l’automobile pour les services de mobilité se confirme avec le rachat de la start-up Flinc par son compatriote Daimler, pour un montant confidentiel. La maison-mère de BMW s’investit de longue date dans les nouvelles formes de mobilité, notamment via sa filiale Car2Go dédiée à l’autopartage et aux déplacements multimodaux.

Algorithmes et GPS

Flinc a été créée en 2008 par 8 étudiants allemands et propose depuis juillet 2011 une application de covoiturage pour les déplacements quotidiens. Son service en temps réel compte aujourd’hui un demi-million d’utilisateurs, selon elle. L’application, disponible sur mobile, est également intégrée aux ...

GPS de certaines flottes de véhicules. Flinc a par exemple des partenariats avec Bosch et Opel pour l’intégration de sa solution au sein de leurs propres offres de mobilité. Flinc est également disponible dans tous les véhicules du service d’autopartage DriveNow (coentreprise entre BMW et Sixt). Enfin, de grandes entreprises telles que Procter & Gamble ou Marc O´Polo ont également choisi d’intégrer Flinc dans leurs flottes de véhicules privées.

En juillet 2015, la compagnie ferroviaire allemande Deutsche Bahn et le fonds Ventures de General Motors avaient investi un montant là aussi confidentiel dans la start-up.

Le covoiturage quotidien se propage

Après le covoiturage moyenne et longue distance, dont BlaBlaCar est le n°1 européen, voire mondial, le covoiturage courte distance se développe à son tour. Sans pour autant faire oublier les ratés, de Sharette par exemple. En France, il est encouragé par la mise en place obligatoire des Plans de mobilité pour les entreprises de plus de 500 salariés. Avec la loi de transition énergétique, la barre va descendre à 100 salariés à partir du 1er janvier 2018. La propagation de smartphones équipés de GPS est en outre l’élément indispensable pour la massification du système.