En Belgique, Engie va tester du stockage de grande capacité

Print Friendly, PDF & Email
Centrale de Drogenbos (Crédit : Engie)

Engie pose aujourd’hui la première pierre d’un projet innovant : le groupe fait installer une série de batteries lithium-ion, cumulant 6 MW, sur sa centrale électrique de Drogenbos (à cycle combine, gaz/vapeur, 460 MW), en Belgique. Elles apporteront des services au réseau et seront complétées par d’autres systèmes de stockage. Engie veut faire de son site flamand un « Energy Storage Park », une plateforme innovante multi-technologies totalisant à terme 20 MW de capacités de stockage.

4 ...

fournisseurs

Engie a décidé de s’appuyer sur plusieurs technologies et fournisseurs. Un partenariat a
ainsi été signé avec quatre entreprises, qui vont installer chacune leur
système de stockage par batterie. La compagnie hollandaise Alfen est la seule à avoir
communiqué sur ce projet avec sa batterie de 1 MW. Interrogé par GreenUnivers, Engie
a précisé les noms des trois autres partenaires : General Electric, SCLE SFE (groupe Engie) et Younicos (qui vient d’être racheté par le britannique Aggreko). Le montant de l’investissement reste confidentiel.

Les batteries lithium-ion installées sur le site de Drogenbos devront être qualifiées par
Elia, le gestionnaire belge de réseau de transport (GRT), d’ici la fin de l’année pour une
mise en service début 2018. Elles fourniront des services de soutien au réseau,
notamment d’équilibrage de fréquence au travers du système de réserve primaire, ce
qui n’était pas possible il y a encore peu. Le GRT belge a en effet mis en place le 1er mai
dernier un nouveau cadre contractuel autorisant les acteurs de marché à « participer au
service de réglage primaire au moyen de ressources avec réservoir d’énergie limité,
comme par exemple les batteries ».

Une vitrine du stockage 

Engie ne compte pas s’arrêter aux batteries. Le groupe prévoit de faire de Drogenbos sa
vitrine du stockage en installant d’autres technologies prometteuses (air comprimé,
redox flow, volants d’inertie). Le site devrait atteindre à terme une capacité de stockage
de 20 MW. Il s’agira de la plus importante installation de ce type en Belgique.

L’énergéticien mise beaucoup sur ce projet qui ne vise pas seulement à tester des technologies innovantes. Le groupe estime qu’il existe désormais un vrai business model qui ne peut que s’améliorer à mesure que les énergies renouvelables prennent une place toujours plus grande dans le mix électrique. Il répond aussi à une situation nationale qui prévoit la fermeture progressive des centrales nucléaires du Royaume (4 sur les 7 qu’opèrent Engie/Tractebel d’ici 2025) pour tendre vers le 100% renouvelables. Pour atteindre cet objectif, les technologies de stockage seront incontournables estime le groupe.