Enel promet la fermeture de ses centrales thermiques d’ici 2035

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Enel Green Power)

L’énergéticien italien Enel, qui exploite aujourd’hui quelque 48 GW d’actifs fonctionnant aux énergie fossiles, a promis leur fermeture totale d’ici à 2035. « Nous sommes en mesure d’atteindre avec 10 ans d’avance notre objectif de zéro émission de CO2 fixé initialement à l’horizon 2050 », a expliqué son directeur général, Francesco Starace, au quotidien italien Sole 24 Ore.

Les motivations de Francesco Starace sont avant tout économiques : « Les perspectives[am4show have=’g1;g2;g4′ user_error=’Please_Upgrade’ guest_error=’Please_Subscribe’]de Bloomberg pour 2017 pour le secteur de l’énergie démontrent pour la première fois qu’il est désormais plus rentable de construire une centrale produisant de l’électricité d’origine renouvelable que de continuer à exploiter une centrale conventionnelle dont les coûts ont déjà été amortis, a expliqué Francesco Starace à Sole 24 Ore. Cela va accélérer le processus de leur fermeture. » Enel a déjà fermé 23 centrales thermiques en Italie, ce qui représente près de 13 GW, mais en exploite encore 48 GW au niveau mondial.

Le groupe a officialisé en 2015 un plan d’accélération pour les énergies renouvelables avec pour objectif d’installer 7,1 GW d’ici à 2020. Pour la seule année 2017, sa filiale Enel Green Power prévoit 2,5 GW installés, qui s’ajouteront aux 36 GW d’EnR comptabilisés fin 2016.

Repère : Pour Enel, les renouvelables comme axe de redressement – Mars 2015

Pour mieux gérer l’intermittence des énergies nouvelles, Enel compte accélérer la numérisation, qui bénéficie de 4,7 milliards d’euros sur les 20,9 milliards d’euros d’investissements prévus dans son plan stratégique 2017/2019.[/restrict-content]