Une centaine de projets ont emprunté le bridge d’Eiffel

FavoriteLoadingAjoutez cet article à vos favoris
Print Friendly, PDF & Email

Les développeurs trouvent de plus en plus d’attrait au bridge. Non pas le jeu de cartes mais l’equity bridge, c’est-à-dire le financement temporaire mis en place, tel un pont, entre les fonds propres de développement et le crédit long terme. Donc généralement pendant la période de construction des installations – ce qui libère du capital pour d’autres projets.

En témoigne la blitzkrieg qu’est en train de mener Eiffel Investment Group par l’intermédiaire de son jeune fonds Energy Transition. Il a financé pas moins de 100 projets en quatre mois, pour plusieurs dizaines de millions d’euros investis, surtout en France mais aussi en Europe. Ses clients : Générale du Solaire, Akuo Energy, Cap Vert Energie, Neoen, Solveo Energie, l’allemand Green City Energy, entre autres. Auxquels s’ajoutent en ce moment des promoteurs de projets d’efficacité énergétique, par exemple de récupération de chaleur et d’équipement en LEDs.

Afflux de projets

Pourquoi ce besoin subit de financement court terme ? Est-ce parce que les développeurs manquent de fonds propres ? Pierre-Antoine Machelon, gérant du fonds, l’explique par la conjonction de trois phénomènes : 1) l’accélération ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.