Pour la première fois, FNE attaque en justice un parc éolien en service

Print Friendly, PDF & Email
Crédit photo : « Accouplement de faucons crécerellette », par Pierre Dalous

En théorie, animaux, végétaux et énergies renouvelables peuvent vivre en bonne intelligence – comme le prouve par exemple l’agrivoltaïque – mais dans les faits, cette cohabitation fait souvent des dégâts… C’est bien connu et pourtant, la puissante fédération France Nature Environnement (FNE) n’avait jamais attaqué en justice un parc éolien en fonctionnement. Jusqu’à maintenant. Le 30 juin, FNE a assigné en justice EDF Energies Nouvelles, ainsi que 7 sociétés exploitantes, devant le juge civil pour destruction récurrente d’espèces protégées. FNE demande aux défendeurs de lui verser, in solidum, 160 000 € soit 2 000 € par spécimen détruit. En service depuis 2006, le parc attaqué (62 MW, 31 éoliennes) se situe sur le causse d’Aumelas (Hérault), zone de nidification pour 13 espèces de l’annexe 1 de la directive Oiseaux, rappelle FNE dans son assignation.

Les victimes sont essentiellement des faucons crécerellette, tués par collision avec les pales : au moins 33 cadavres ont été retrouvés au sol par la Ligue de protection des oiseaux (LPO) du...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.