Hydroliennes : top départ pour la première usine française d’assemblage

Print Friendly, PDF & Email
Janvier 2017 crédit Naval Energies

C’est inédit en France. A Cherbourg (Manche), Naval Energies a posé la première pierre de son usine d’assemblage d’hydroliennes, le 21 juillet dernier. Pour rappel, DCNS a changé de nom fin juin, devenant Naval Group. Sa filiale dédiée aux énergies marines, DCNS Energies, a été rebaptisée Naval Energies.

L’usine aura une capacité de production de 25 hydroliennes par an. Cet atelier, qui doit employer une quarantaine de personnes, est implanté sur 5 500 mètres carrés. Le bâtiment de 20 mètres de haut sera équipé de deux moyens de levage d’une capacité de 90 tonnes. Il pourra si besoin être agrandi, ayant été « pensé de façon ...