« CRE4 » session 2 : les PME des EnR se défendent bien

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Arkolia Energies)

Dans la catégorie des développeurs-exploitants indépendants, Langa, Luxel (en partenariat avec le développeur allemand MontanSolar), Urbasolar, Photosol et Valorem sont les grands gagnants de la tranche 2 de l’appel d’offre CRE4, attribuée vendredi dernier avec un tarif record (à la baisse) pour les projets de plus de 5 MW. Côté grands groupes, Engie approche les 100 MW de projets sélectionnés fort des succès de Solairedirect, la Compagnie du Vent, la CNR et des projets présentés sous le nom de la maison-mère. En revanche EDF EN a encore du mal à concrétiser dans le solaire, au moins sur cette session. Quant à Neoen, il fait moins bien qu’en mars dernier, mais le développeur avait alors présenté beaucoup de projets attractifs.

Valorem décroche son premier projet de 17 MW

« Cette deuxième tranche démontre que les PME des énergies renouvelables, les indépendants, ont encore des ressources. Les grands groupes ne raflent pas toute la mise, loin de là. Les Mid-Caps des EnR tiennent encore bien la route », fait remarquer Damien Ricordeau, président du cabinet de conseil Finergreen. Ces PME réussissent en outre à élaborer des projets de grande taille. Parmi ...

les 32 MW attribués à Valorem figure ainsi le projet de Lassicourt dans l’Aube, « le plus gros projet photovoltaïque au sol jamais développé par Valorem. Il produira à lui seul l’électricité hors chauffage de plus de 30 000 habitants, soit la moitié d’une ville comme Troyes », se réjouit le développeur dans un communiqué.

Fonds propres à renforcer

Langa a lui aussi réussi à décrocher un projet de 17 MW à Meaux (Seine-et-Marne). Le développeur-exploitant de La Mézière (Ile-et-Vilaine) mérite une mention spéciale pour cette session. Il est lauréat de 73 MW répartis sur 10 projets. Ce qui suppose 80 M€ d’investissement : « Langa va s’attacher à renforcer ses fonds propres pour faire que sa position actuelle et son portefeuille de projets en développement soient mis en œuvre », a tenu à préciser la société dans un nouveau communiqué ce matin.

Le sujet des projets jamais construits est d’importance et fait l’objet d’une attention de plus en plus soutenue, de la part notamment des syndicats professionnels. Le cabinet de conseil Finergreen a d’ailleurs lancé une étude sur le nombre de projets abandonnés, prévue pour octobre prochain.

  • Les développeurs lauréats (liste mise à jour le 31 juillet) : 
Source : Finergreen
  • Le classement par catégorie : 
Source : Finergreen

A noter que certains développeurs réussissent à obtenir de très bons scores d’une vague à l’autre, par exemple Urbasolar, lauréat de 32 MW en mars et de 37 MW en juillet. Les sociétés du groupe Engie aussi : elles totalisaient déjà 78 MW en mars. En revanche, Langa ou Photosol étaient quasi absents en début d’année.

La régularité de la réussite aux appels d’offres est évidemment un objectif majeur pour les développeurs car elle garantit un rythme à peu près constant dans le financement et la construction de projets. Mais ensuite, il faut être capable d’exploiter au prix proposé… Langa annonce pour sa part dans son communiqué que « le travail conséquent des équipes depuis 10 ans, va permettre en photovoltaïque de continuer de déposer plus de 50 MW, par session d’appel d’offres, avec des projets ayant leur permis de construire. »

  • Les résultats de la première tranche CR4, en mars dernier (rappel) :
  • Consultez ci-dessous l’analyse complète de Finergreen ci-dessous ou ici (PDF):