Avec 8 M€ en plus, Agricool, ça devient sérieux

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Agricool)

La jeune pousse parisienne à l’origine d’un cooltainer permettant la production intensive de fraises en milieu urbain (sans pesticides ni OGM) boucle une deuxième levée de fonds de 8 M€, six mois à peine après un tour de table inaugural de 4 M€. Aux investisseurs historiques – Daphni et Henri Seydoux (PDG de Parrot) – s’ajoutent Jacques-Antoine Granjon (PDG de Vente Privée) et Thibaud Elzière (fondateur de Fotolia), qui investi en direct et à travers sa société eFounders spécialisée dans l’accompagnement de start-up. Bref, les deux fondateurs d’Agricool – Guillaume Fourdinier et Gonzague Gru – s’entourent d’un écosystème plutôt ...

tech qu’agri.

Aller vite en France, et à l’international

Depuis sa première levée de fonds en janvier dernier, la jeune pousse n’a rien perdu de son ambition (lire notre article en lien en fin d’article) et le passage au stade commercial doit s’accompagner du recrutement d’une dizaine de personnes (soit 40 collaborateurs à terme). Agricool souhaite développer son réseau de distribution à la fois en propre et via la constitution de franchises. Après la France, la jeune pousse espère aller très vite à l’international, ciblant en particulier les zones où il est difficile d’avoir accès à des fruits de qualité à un prix abordable : Hong-Kong, New York, Émirats, Asie, etc.

La pépite ne compte pas s’arrêter à la production de fraises. Elle sait d’ores et déjà faire pousser des salades dans des conditions similaires aux fraises et démarre des recherches sur la tomate, le poivron et la courgette.

4 M€ pour les végétaux hors-sol d’Agricool