La Suisse en route vers une énergie 100% verte

Print Friendly, PDF & Email

C’est par une de ces votations dont ils raffolent que les Suisses ont décidé hier de renoncer à moyen terme à l’énergie nucléaire et de s’orienter vers les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique ; 58,2% des citoyens ont approuvé la stratégie énergétique 2050 défendue par Doris Leuthard, présidente de la Confédération helvétique. Le texte avait été adopté par le Parlement à l’automne 2016, mais la nouvelle loi était contestée par le parti populiste UDC (Union démocratique du centre), qui a demandé l’organisation d’un référendum.

Après ce franc soutien des électeurs, la nouvelle loi sur l’énergie devrait entrer en vigueur à partir de l’an prochain. Concrètement, la construction de nouvelles centrales nucléaires sera interdite et les cinq actuellement en service seront progressivement arrêtées. Aucune date butoir n’a cependant été fixée, les centrales pourront continuer à produire tant que leur sûreté sera garantie.

11,4 GW d’EnR en 2035

Le développement des énergies renouvelables (solaire, biomasse, géothermie…) va s’accélérer pour atteindre une capacité installée de 11,4 GW d’ici à 2035. Parallèlement, un effort important sera porté sur les économies d’énergie : la consommation annuelle devra être réduite de 16% d’ici à 2020 et 43 % d’ici à 2035, par rapport aux niveaux de 2000. Bâtiments moins énergivores, transports plus propres : tous les secteurs seront concernés.

Quel sera le coût de ce verdissement de la Suisse ? Le gouvernement souligne qu’un ménage de quatre personnes ayant une consommation électrique moyenne devra payer 40 francs suisses (36,5€) par an de plus qu’aujourd’hui, et ce dès 2018. Un chiffre que l’UDC a contesté, estimant que l’addition serait nettement plus élevée. [/restrict-content]