Ségolène Royal, future startupeuse cleantech ?

Print Friendly, PDF & Email

A l’heure de laisser les clés de son ministère à Nicolas Hulot, Ségolène Royal a souhaité bonne chance à son successeur mais n’a pas caché sa tristesse de quitter l’hôtel de Roquelaure.

Très émue, la désormais ex-ministre de l’Environnement – dont le bilan a été salué il y a quelques jours par les professionnels – a reconnu dans une interview accordée à BFM TV cet après-midi qu’elle aurait aimé rester au gouvernement.

Mais elle veut regarder vers l’avenir et ne compte pas abandonner l’environnement. « J’ai toujours plaidé pour une réconciliation possible entre les créations d’emplois et la protection de l’environnement. Maintenant, je vais le prouver en créant des emplois, en créant une entreprise dans le domaine de la croissance verte et de la finance verte », a indiqué Ségolène Royal, sans donner plus de détails. Elle pourra peut-être profiter du dispositif de la Green Tech verte qu’elle a créé (avec Emmanuel Macron, alors ministre de l’Economie) en faveur des start-up…