Energies renouvelables : les tendances à suivre [Compte-rendu]

Print Friendly, PDF & Email
Alexis Gazzo, EY
(Crédit : Olivier Crénon)

[Compte-rendu de la conférence GreenUnivers du 30 mai]

Alexis Gazzo, associé cleantech & sustainability d’EY, a introduit la conférence GreenUnivers avec un panorama des tendances sur le marché mondial des énergies renouvelables. Jean-Louis Bal, président du SER, a clôturé les travaux en évoquant les perspectives pour la filière française.

Chute des prix, hausse du parc

Côté financements, on constate une baisse des investissements dans les EnR malgré une progression des capacités installées. Cette diminution est liée à la fois à la chute des prix – notamment dans le solaire – mais aussi à la rationalisation du déploiement en Chine et au Japon. L’Asie continue malgré tout de tirer la croissance du secteur.

L’éolien offshore prêt à battre des records

Côté technologies, deux d’entre elles semblent promises à un grand essor dans les dix années qui viennent : l’éolien offshore et le stockage. Dans l’offshore, le marché chinois pourrait exploser et atteindre 16 GW d’ici 2024, devant le Royaume-Uni et l’Allemagne. Trois moteurs pour cette accélération, alors que le prix au MWh chute depuis quelques mois : l’arrivée de turbines de plus en plus puissantes, la baisse des coûts de financement et l’offensive de majors du pétrole dans le développement des projets ; elles sont dotées d’énormes moyens financiers à l’échelle de leurs ambitions dans cette filière.

(Crédit : Olivier Crénon)

Le stockage pour pallier les déficiences du réseau

Versant stockage et selon une récente étude de Bloomberg, la capacité mondiale pourrait passer de 6 GWh en 2015 à 81 GWh en 2024. Le besoin de services réseaux pourraient constituer le driver principal des projets.

La dynamique est déjà lancée, comme le montrent les appels d’offres en Australie, sur 100 MW. Alexis Gazzo met aussi en avant les projets de la Jordanie, qui prévoit 200 MW de stockage installés en 2020. La place croissante des EnR intermittentes dans ce pays, la faiblesse des réseaux et le lobbying des développeurs spécialisés expliquent cette performance. D’autres pays émergents, dans la même situation, pourraient adopter une stratégie identique. D’autant que selon une étude de la Banque Lazard, le prix du stockage devrait chuter de 47% dans les 5 ans qui viennent. Les investissements dans la production  industrielle de batteries vont ici jouer un rôle clé. Ceux de Tesla bien entendu aux Etats-Unis mais aussi de BYD ou Panasonic en Asie et d’acteurs européens comme Daimler ; 15 projets industriels de grande envergure seraient prévus dans le monde.

Réformes à suivre en Europe

Jean-Louis Bal, SER
(Crédit : Olivier Crénon)

En France et en Europe, le président du Syndicat des énergies renouvelables, Jean-Louis Bal, a distingué parmi les sujets à suivre, les discussions sur le winter package qui encadre notamment la planification renouvelable pour 2020-2030. « Le SER prendra bientôt une position officielle, notre impression est que les objectifs sont trop modestes », a indiqué Jean-Louis Bal. La mise en place d’un prix du carbone est également un objectif cher au syndicat.

En France, les chantiers ...