Dalkia et Idex inaugurent une centrale géothermique mais s’inquiètent pour l’avenir

FavoriteLoadingAjoutez cet article à vos favoris
Les pompes du réseau de chaleur géothermique de Tremblay en France (Crédit : Jean-Philippe Pié)

Le prix du gaz est toujours aussi bas mais des projets géothermiques continuent quand même à sortir de terre. Les opérateurs Dalkia et Idex, pour une fois alliés et non concurrents, ont ainsi inauguré mercredi dernier la centrale de Tremblay-en-France (Seine-Saint-Denis) de 11,8 MW et 15 M€, dont 3 M€ fournis par le Fonds chaleur et le Conseil régional d’Ile-de-France. Elle remplace une centrale géothermique usée de 1984, aux canalisations trop corrodées par l’eau salée puisée à 1 800 mètres.

Les échangeurs – avec un appoint possible au gaz à hauteur de 20% – sont reliés à un réseau de chaleur pré-existant. Il alimente 5 000 équivalents-logements, soit un tiers de la population de la ville. Mais les deux opérateurs espèrent bien que leur nombre va augmenter, au fil des constructions d’immeubles. La commune profite en effet de la traction de l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle, situé sur son territoire.

Le gaz fait de la résistance

Le vrai souci de Dalkia et Idex est ailleurs. Il porte sur ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.