Ces groupes qui mettent les gaz dans le GNV

FavoriteLoadingAjoutez cet article à vos favoris

Le déploiement des carburants alternatifs accélère en France, poussé notamment par la directive européenne d’octobre 2014 et sa déclinaison tricolore. Plus mature que l’hydrogène ou l’électricité, la motorisation GNV apparaît aujourd’hui comme la principale alternative aux moteurs thermiques historiques. La France a notamment inscrit dans la programmation pluriannuelle de l’énergie son intention de développer le GNV et le bio-GNV (issu du biogaz), à hauteur de 3,5 TWh de GNV en 2018 et 10 en 2023, dont 20% de Bio-GNV.

Pour l’heure, ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.