AO « CRE4 » : pourquoi le financement participatif est de moins en moins une option

Print Friendly, PDF & Email
Centrale solaire de Torreilles. (Crédit : Neoen)

Le long feuilleton du financement participatif « CRE4 » (l’appel d’offres triennal sur les centrales solaire au sol) a trouvé un début d’épilogue dans le nouveau cahier des charges de la compétition. Il a été publié par la Commission de régulation de l’énergie le 30 mars dernier et est consultable en fin d’article. Les changements n’ont pas défrayé la chronique mais ne sont pas anodins pour autant. Et tiennent d’ailleurs compte, avec quelques mois de délais, de certaines suggestions des plateformes de crowdfunding et des développeurs.

Un simple montant à garder pendant trois ans

Le plus notable : le fameux seuil de 40% du capital, à tenir pendant au moins trois ans, a été  ...

2 COMMENTS

  1. Bonjour,
    Vous avez raison, ce titre est sans doute un peu ambigu. Il voulait dire que le financement participatif est de moins en en moins l’objet d’interrogations et que la formule va être adoptée de façon généralisée, probablement.

  2. Je ne comprends pas très bien le choix de titre de votre article, quand le contenu semble dire l’inverse, anticipant un gros succès du financement participatif pour la prochaine série d’AO CRE4… Ext-ce en référence à la possible « dilution de la part d’investissements participatif » plus tard dans la vie du projet ?

Comments are closed.