Les coursiers de Stuart passent sous la casquette de La Poste

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Stuart)

La Poste, via sa filiale GeoPost, a annoncé la rachat de Stuart, une start-up spécialisée dans la livraison à la demande de marchandises en ville. Le groupe avait déjà pris une participation de 22% en 2015 dans cette société parisienne. Le montant de la transaction reste confidentiel.

Fondée fin 2014, Stuart a développé une plate-forme et une application pour mettre en relation les magasins de détail avec des coursiers ...

locaux indépendants, « permettant ainsi à quiconque de tout livrer, à tout moment », selon la société. Stuart revendique plus de 500 clients actifs, dont quelques grands comptes comme Carrefour ou Franprix, dans les cinq villes où elle s’est implantée, à savoir Paris, Lyon, Londres, Madrid et Barcelone. 90% des livraisons sont effectuées en mobilité douce, en vélo essentiellement. Stuart propose un service de livraison express, en moins d’une heure.

Intérêt pour les start-up

Ce marché de la logistique du dernier kilomètre est en plein essor, ce qui justifie l’intérêt de La Poste. Stuart complète « l’offre de livraison sur le plan local » de Geopost, qui compte parmi ses autres enseignes de livraison Chronopost, DPD, SEUR et Pickup, selon un communiqué.

Comme tous les grands groupes, La Poste s’intéresse de plus en plus aux start-up : elle a noué à l’automne 2016 un partenariat avec les jeunes pousses WayzUp, spécialiste du covoiturage, et Mobility Tech Green, experte de l’autopartage. Et elle avait annoncé réfléchir à la création d’un fonds corporate, avec un périmètre plus large que l’écomobilité.