Eolien offshore : Iberdrola lauréat en Caroline du Nord

Print Friendly, PDF & Email
La zone de Kitty Hawk, remportée par Avangrid

Le Département américain de l’Intérieur a annoncé le 16 mars qu’Iberdrola, à travers sa filiale américaine Avangrid, avait remporté l’appel d’offres éolien offshore pour la concession d’une zone de 500 km2 dans les eaux fédérales de Caroline du Nord grâce à une offre de plus de 9 M$.

Avangrid était notamment en concurrence avec Wind Future, Statoil Wind US et WPD Offshore Alpha [am4show have=’g1;g2;g4′ user_error=’Please_Upgrade’ guest_error=’Please_Subscribe’]mais l’entreprise a été la seule à passer la barre symbolique de 9 M$ lui permettant d’obtenir les droits de concession. La décision, encore provisoire, doit être confirmée après une série de vérifications techniques du dossier vainqueur.

1 486 MW potentiels

Selon le National Renewable Energy Laboratory, le potentiel de production moyen de Kitty Hawk, le nom de la zone, s’élève à 3 MW/km2, soit une capacité totale potentielle de 1 486 MW. L’envergure du parc restera néanmoins à la discrétion du développeur Avangrid, qui va réaliser une série de tests pour dimensionner le parc de manière optimale. La filiale américaine d’Iberdrola aura 4 ans et demi pour soumettre au Bureau of Ocean Energy Management (BOEM), dépendant du Département américain de l’Intérieur, son plan de construction et d’exploitation du parc situé à 44 kilomètres des côtes. Interrogé par la rédaction de GreenUnivers, Iberdrola a confirmé ces informations et préciser qu’il chercherait à signer un Power purchase agreement (PPA) ou vendrait l’électricité produite sur le marché.

Pour rappel, Avangrid annonce 6,3 GW de capacités installées aux Etats-Unis, principalement éoliennes, ce qui en fait le deuxième groupe d’énergies renouvelables du pays après le leader NextEra.

58 M$ pour l’Etat fédéral

Cet appel d’offres organisé par le BOEM était le septième dédié à l’éolien en mer aux Etats-Unis. L’Etat fédéral a ainsi obtenu en cumulé 58 M$ pour concéder l’usage de ces zones marines à des fins privées. La précédente concession, délivrée en décembre dernier dans l’Etat de New-York, a battu tous les records. Le lauréat, le norvégien Statoil, a obtenu les droits d’exploitation après 33 tours de table et une offre de près de 42,5 M$, pour une zone d’une capacité potentielle de 700 MW. Les Etats-Unis ne compte à l’heure actuelle qu’un parc éolien offshore opérationnel depuis décembre dernier : le parc pilote de Block Island (30 MW, Haliade 6 MW d’Alstom) situé au large de la Nouvelle-Angleterre et développé par Deepwater Wind. [/restrict-content]