Comment peut-on ne pas être persan ?

Print Friendly, PDF & Email
Iran (Crédit : flickr/Shobeir Ansari)

« Les développeurs français ont toutes leurs chances en Iran, il faut y aller ! », exhorte Olivier Chazal, coordinateur du club Ademe International. Ce spécialiste de l’export arrive de Téhéran. L’Ademe et Business France y ont organisé le week-end dernier un colloque et des rencontres d’affaires multipartites entre les professionnels français, leurs homologues internationaux et les autorités et entreprises iraniennes. Le tout dans le cadre de la 16e édition du Salon iranien de l’environnement – un Pollutec persan.

Projets solaires français 

« Dans les EnR, le solaire photovoltaïque offre les plus belles perspectives pour l’instant. Plusieurs Français sont déjà présents », a repéré Olivier Chazal. Quelque 200 développeurs et investisseurs sont autorisés à l’heure actuelle. L’investisseur français Smart Energies par exemple. Il travaille sur un projet de 10 MW à Yazd (au centre du pays) avec le constructeur-installateur (EPCiste) grec Metka. Mais aussi le fabricant de trackers Exosun, présent sur un autre projet PV de Metka. Sans oublier le développeur franco-iranien Sam Energy, qui annonce un pipe de ...