Appel d’offres EnR saoudien : les développeurs français intéressés

FavoriteLoadingAjoutez cet article à vos favoris
Print Friendly, PDF & Email
Vue satellitaire de Riyad, capitale de l’Arabie saoudite.

Qui va candidater au gigantesque appel d’offres saoudien de 700 MW ? Ce futur marché qui comprend 300 MW de solaire et 400 MW d’éolien est « la plus grande opportunité mondiale dans les énergies renouvelables », estime Francisco Queiros, directeur chez Voltalia, chargé du développement des portefeuilles sur les marchés émergents. Le développeur et exploitant français, déjà implanté en Jordanie et à Abu Dhabi, ne communique pas sur un éventuel dépôt de dossier mais était en tout cas présent au workshop organisé par Business France le 8 mars à Paris en présence de l’Autorité saoudienne dédiée aux investissements (Sagia). Et il n’était pas seul… Ont notamment répondu à l’appel Engie, Akuo Energy, Direct Energie, EDF, GE, Neoen, Optimum Tracker ou encore Valorem.

Un prix sans doute très bas

Si ce marché est extrêmement attractif, les spécialistes des énergies renouvelables y réfléchissent à deux fois avant de se précipiter dans le royaume. « Ce sera très compétitif. Pour les petits développeurs, la difficulté est liée à la taille des projets mais aussi à la concurrence des grands players, qui seront tous présents », prév...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.