La filière biométhane fait le plein d’optimisme

Print Friendly, PDF & Email
Unité de méthanisation agricole. (Crédit : club biogaz ATEE)

Le biométhane entame-t-il sa success story ? Les chiffres que dévoile aujourd’hui la 2e édition du Panorama du gaz renouvelable (consultable en fin d’article), réalisé par le Syndicat des énergies renouvelables, GRDF, GRT Gaz, TIGF et le SPEGNN, pourraient le laisser penser. Le pipe national contient en effet 241 projets et représente une production potentielle de 5 Twh/an, soit la consommation de 416 000 clients, annonce ce rapport.

Des projet encore peu nombreux, mais à forte dynamique

Quant aux projets installés, ils ont bondi de 53% l’année dernière, passant de 17 sites à 26 – contre 522 centrales biogaz en cogénération et chaleur. La production de biogaz épuré a suivi une trajectoire encore plus ascendante : + 162%, pour 215 GWh injectés dans les tuyaux. « Le biométhane bénéficie de conditions réglementaires de plus en plus favorables, même si des mesures complémentaires sont nécessaires, explique Christophe Bellet, responsable projet biométhane de GRDF. D’autres facteurs jouent, comme la meilleure maîtrise de la production et la montée en charge rapide des sites, qui atteignent 80% de leur capacité maximale dès les premières semaines ».

Cela dit, l’arbre ne doit pas cacher la forêt : la capacité de production reste infinitésimale par rapport aux objectifs nationaux, lesquels sont, il est vrai, ambitieux. La Loi pour la transition énergétique (LTE) prévoit 10% de biométhane dans les réseaux de gaz en 2030. Selon Christophe Bellet, cela devrait représenter entre 30 et 40 TWh. Or la production actuelle et celle du pipe ne sont même pas en ligne avec les objectifs intermédiaires, notamment celui de 8 TWh en 2023 fixé par la PPE. Pour plusieurs raisons : d’une part parce que sur 10 projets en portefeuille, 3 à 4 ne seront jamais raccordés, estime Christophe Bellet. De l’autre, parce qu’il faut au moins quatre années en moyenne pour développer un projet. « Au rythme actuel, nous serons à 1,5 TWh en 2018 et à 5 ou 6 TWh en 2023. Pour rejoindre la trajectoire 2030, il faudrait multiplier par trois le nombre de projets », calcule cet expert.

Petite liste de doléances 

Pour accélérer, ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.