[Exclusif] Baromètre de la performance des parcs éoliens avec Greensolver Index, 3e édition

FavoriteLoadingAjoutez cet article à vos favoris

Après une première mise en ligne en mai 2016, voici la troisième édition du Greensolver Index, publié sur un rythme semestriel par GreenUnivers.

Greensolver, gestionnaire indépendant de parcs éoliens, collecte depuis trois ans des données clés sur la performance des machines : disponibilité réelle, fréquence des pannes, rapidité de réparation. Elles servent ensuite à comparer les performances des installations. Greensolver a créé à cette fin un outil : le Greensolver Index.

« Le « MTBF » et le « MTTR » sont deux indicateurs encore peu courants, que suivent les exploitants les plus matures. Le benchmark en la matière, indépendant des données fournies par chaque turbinier, incite les propriétaires et les exploitants à poser des questions aux fabricants et à trouver les raisons des éventuelles contre-performances des matériels.

Le contexte est évidemment important, l’année 2016 se caractérisant par un manque de vent. « Nous avons eu deux mois et demi de vent soutenu. En décembre, la ressource s’est révélée inférieure de 50% aux prévisions. La moitié Nord de la France est la plus touchée,», explique Carla Vico, directrice des opérations de Greensolver. C’est aussi là que se situe la majorité des parcs…

 

1) Disponibilité en 2016 : 98,5%

1er en 2016 : Enercon  (99%)
La moins bonne performance en 2016  (anonymisée) : 95,5%
Disponibilité moyenne en 2015  : 98%
1er en 2015 : Enercon (99,1%)

La disponibilité a progressé de 0,5 point par rapport à 2015. Les raisons sont à la fois exogènes et endogènes aux fermes éoliennes : « quand le vent est faible, les pannes sont moins fréquentes. Mais de nombreux parcs ont aussi progressé grâce à un suivi plus rigoureux des processus et des pièces détachées », précise Carla Vico. Le score moyen est dégradé par la très mauvaise performance d’un turbinier, à 95,5%.

2) MTTR moyen en 2016 : 4,2 heures

1er en 2016 : Enercon avec 1,5 heure
La moins bonne performance en 2015  (anonymisée) : 6,7 heures
1er en 2015 : Enercon avec 2,9 heures

MTTR moyen en 2015 : 4,7 heures

Le « MTTR » (mean time to repair) représente le temps moyen d’intervention lorsque surgit une panne. Cet indicateur évalue la performance de l’équipe de maintenance (du fabricant ou d’un prestataire indépendant). Elle dépend notamment de la capacité à obtenir vite les pièces détachées. « D’une année à l’autre, l’indicateur s’améliore un peu mais ce n’est pas flagrant. Le manque de vent a incité certains gestionnaires à privilégier les phases de production et à intervenir ensuite plus longuement lorsque le vent ne souffle plus. L’essor récent des nouveaux contrats de maintenance avec garantie de disponibilité énergétique, et non temporelle, va dans ce sens », indique Carla Vico.

Deux stratégies de maintenance sont en effet pratiquées : intervenir souvent mais pas longtemps, ou ne le faire que quand le vent est très faible (disponibilité énergétique ) mais avec des interventions plus longues. « La souplesse du turbinier, qui accepte de décaler une maintenance quand la ressource est abondante, est de toute façon un facteur clé de performance » indique Carlo Vico.

Sans surprise, les turbiniers les plus performants sont en général ceux dont les machines sont les plus chères. Les écarts entre le premier, la moyenne et le dernier donnent une idée des progrès possibles.

3) MTBF moyen en 2016 : 651 heures

1er en 2016 : Vestas : 1 577 heures
La moins bonne performance en 2016  (anonymisée) : 163 heures
1er en 2015 : Enercon avec 1260 heures
MTBF moyen en 2015 : 660,54 heures

Le « MTBF » (mean time between failure) exprime le temps moyen entre deux pannes. L’écart de un à dix – il était de un à cinq en 2015 – entre le meilleur et le dernier est fortement lié au design de la turbine et au choix des composants initiaux. Mais aussi au manque de vent l’année dernière, qui a incité plusieurs turbiniers à intervenir plus souvent pendant les temps calmes et donc à réduire le temps entre deux indisponibilités.

4) Taux de charge moyen en France : 23,3%

Occitanie : 25 % (27,5% en 2015)
Haute Normandie 24 % (27,4% en 2015)
Champagne Ardennes : 24 % (26,7% en 2015)
La moins bonne performance : Nouvelle Aquitaine (17,6%)
Taux de charge moyen en 2015 : 25,1%

Entre 2015 et 2016, le taux de charge diminue de 1,8 point. « C’est une baisse importante, d’autant que l’année précédente affichait déjà un niveau assez faible », estime Carla Vico. Les régions françaises en tête du classement – qui porte sur neuf régions – sont les mêmes qu’en 2015 : « les caractéristiques météo sont constantes. Même faibles, les gisements de vent sont fortement influencés par la localisation », précise la directrice des opérations.

Méthodologie
Les informations sont fournies une fois par mois par douze propriétaires de parcs éoliens, dont certains sont clients de Greensolver ; Greensolver Index est ouvert à tous. La capacité totale analysée approche 1,7 GW, dont 919 MW installés en France et le reste en Europe : Allemagne, Royaume-Uni et Italie. Les données, en provenance de 114 parc éoliens, portent notamment sur le comportement des turbines des huit principaux fabricants, tous représentés dans l’échantillon.