Chimie verte : Global Bioenergies achète Syngip

Print Friendly, PDF & Email
Démonstrateur industriel de Leuna, en Allemagne (Crédit : Global Bioénergies)

Global Bioenergies, société francilienne spécialisée dans la conversion de sucres pour produire une molécule clé de la pétrochimie – l’isobutène – fait un pas de plus dans le futur avec l’acquisition du néerlandais Syngip. Alors que le français travaille sur la conversion des sucres de première et deuxième générations, cette jeune pousse est focalisée sur la conversion des ressources de troisième génération, en l’occurence le monoxyde et dioxyde de carbone.

Volonté de diversification des ressources

Depuis sa création en 2008, Global Bioenergies développe un procédé de conversion des sucres de première génération (mélasses de betterave et de canne à sucre, céréales…) en isobutène, issu de la manipulation génétique de micro-organismes. Le procédé est aujourd’hui au stade du démonstrateur industriel (capacité nominale de 100 tonnes par an) en France et en Allemagne. Global Bioenergies a par ailleurs noué d’importants ...

partenariats, notamment avec le constructeur automobile Audi et, plus récemment Butagaz. La société prépare, par ailleurs, sa première usine de pleine taille, IBN-One, au travers d’une joint-venture avec son actionnaire Cristal Union.

L’entreprise travaille également à la conversion de ressources dites de deuxième génération (sucres issus de la paille et de copeaux de bois) d’abord en laboratoire, puis à l’échelle du pilote. L’accès à des ressources de troisième génération fait aussi partie de ses axes de diversification mais à un stade encore peu avancé. L’acquisition de Syngip devrait permettre d’accélérer sur ce point : l’entreprise se concentre depuis 2014 sur la transformation des gaz/rejets industriels en oléfines légères. Le procédé est, lui aussi, basé sur un micro-organisme propriétaire capable de métaboliser le dioxyde et le monoxyde de carbone. « La technologie de Syngip est parvenue aujourd’hui à une maturité suffisante pour permettre d’implanter différentes voies métaboliques menant aux oléfines légères, et en premier lieu à l’isobutène », explique Global Bioenergies dans un communiqué.

Toujours selon l’entreprise, ce procédé serait concurrentiel dès 45$ le baril. « En prenant en compte les incitations fiscales attachées aux carburants renouvelables, ce point d’équilibre interviendrait à un prix du baril bien inférieur encore », note l’entreprise. Par ailleurs, les économies de gaz à effet de serre dépasseraient 80% en comparaison des filières pétrochimiques actuelles. Global Bioenergies espère ainsi, à terme, nouer des partenariats avec des industriels cherchant à traiter et valoriser leurs effluents.

Echange de titres

En contrepartie de l’apport de la totalité des titres de Syngip, Global Bioenergies émettra 37 240 nouvelles actions au bénéfice des associés actuels de Syngip. Elles représentent une valorisation d’environ 875 000 euros (établie sur la base d’un cours de l’action à 23,49€) et représentent une dilution de 1,1% environ pour les actionnaires existants. 69 161 bons d’attribution d’actions (BAA) sont par ailleurs conditionnés à l’atteinte – au plus tard le 2 février 2019 – d’un jalon technique dans le développement du procédé isobutène de troisième génération. Les BAA représentent une valorisation d’environ 1,6 M€, soit une dilution supplémentaire d’environ 2%. Cotée en Bourse depuis 2011, Global Bioenergies est actuellement valorisée à 80 M€