Arrêtés tarifaires photovoltaïques : il était une fois la (petite) révolution

FavoriteLoadingAjoutez cet article à vos favoris
Print Friendly, PDF & Email
Une installation photovoltaïque de Systovi intégrée à la toiture du local technique d’une piscine naturelle, mise en place par Soleneo.

Les futurs arrêtés tarifaires pour les projets photovoltaïques de 100 kW et moins, en métropole et outremer (consultables ci-dessous, version après examen par le CSE), devraient paraître au Journal officiel début mars. Ils sont actuellement soumis à la Commission de régulation de l’énergie (CRE) et en train de prendre le Thalys pour notification à Bruxelles.

D’ici mars, les représentants des professionnels espèrent quelques petits « recalages », pour reprendre le terme de Richard Loyen, délégué général d’Enerplan. Mais l’esprit du texte consacré aux projets en métropole ne changera pas et continue à être apprécié. « Les deux grandes nouveautés du futur arrêté sont l’autoconsommation avec injection du surplus et la nécessité pour les installateurs, sur le segment résidentiel, d’être certifiés RGE. Cela évitera d’attirer les éco-délinquants, lesquels ont laissé un souvenir aussi mauvais que persistant », résume Richard Loyen.

Une grosse économie pour les particuliers

Parmi les atouts du nouveau dispositif, Richard Loyen retient la prime à l’investissement pour l’autoconsommation. Prévue à 800€/kW pour le résidentiel (pour des projets qui tournent autour de 2 à 3 kW), « ce sera un vrai stimulateur pour le marché », selon le délégué général.

Cette prime à l’investissement sera ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.