Comment les algorithmes vont doper l’offre d’autoconsommation solaire et le prédictif éolien

Print Friendly, PDF & Email
mylight_systems-2
(Crédit : MyLight Systems)

L’autoconsommation solaire sera l’un des terrains de jeu favoris du machine learning et de l’analyse de données. C’est la conviction des mathématiciens d’Eurodécision. Cette société française créée en 1987, basée à Versailles et spécialisée dans les algorithmes sur mesure, travaille depuis juin pour MyLight Systems (MLS). « Au premier trimestre 2017, la start-up va pouvoir proposer un logiciel prédictif à chaque client, pour sa production et sa consommation personnelle », annonce Ronan Bars, associé et directeur général d’Eurodécision.

Algorithme fait maison

Jusqu’à maintenant, MLS dispose d’algorithmes génériques pour le millier de clients qu’elle annonce – compter 10000€ pour le kit avec 16 m2 de panneaux, pose comprise. Mais l’année prochaine, chaque maison aura sa formule sur mesure, basée sur un an de données pour commencer et qui s’enrichira toute seule au fil du temps. Ce qui est déjà prévu dans ...

l’offre de la jeune entreprise lyonnaise créée en 2014 par Virgile et Ondine Suavet. « Les clients de MyLight Systems bénéficient de toutes les mises à jour gratuites puisqu’ils ont soit un abonnement annuel, soit une licence à vie  Cet abonnement ou licence leur donne accès à tout le logiciel et à ses mises à jour mais aussi à un support client dédié », explique Ondine Suavet.

Côté consommation, les habitudes du foyer seront de la sorte prises en compte plus finement ;  et versant production, il en sera de même pour les circonstances locales. « Un brouillard persistant pourra être identifié, par croisement entre les données météo globales et la production réelle des panneaux. Le boitier de pilotage des appareils connectés en tiendra compte aussitôt », illustre Ronan Bars.

Expérience avec EDF

MyLight Systems et Eurodécision ont déjà prévu les versions postérieures de leurs travaux. Ils devraient intégrer une solution de stockage pour écrêter les pointes de consommation. Plus tard, ce sont les paramètres de charge d’une voiture électrique qui pourraient entrer dans les calculs. En parallèle, des algorithmes vont commencer à exprimer les constantes de l’autoconsommation collective, à l’échelle d’un immeuble, de plusieurs maisons, voire d’un quartier quand ce sera effectif.

Rien de bien effrayant apparemment pour Eurodécision qui emploie à cette fin plusieurs dizaines de spécialistes des mathématiques appliquées et de l’informatique, et compte des grands clients dans divers secteurs – notamment le transport. D’ailleurs, la société travaille déjà avec la R&D d’EDF sur plusieurs thématiques, dont celle des installations EnR avec stockage à La Réunion.  « En nous délégant la recherche algorithmique plutôt qu’en essayant de recruter en interne, les clients sont sûrs de trouver tout de suite les bonnes compétences », plaide Ronan Bars, qui bénéficie d’un contrat de plusieurs centaines de milliers d’euros avec MyLight Systems.

Affiner la prévision pour chaque mât éolien

Côté R&D pure justement, Eurodécision est engagée dans un programme sur l’éolien avec la start-up toulousaine Meteo*swift. L’idée est là aussi de fournir des prévisions de production de plus en plus précises, à partir des données collectées pendant trois ans sur les éoliennes. S’y ajoutent des mesures de densité et de turbulences de l’air et bien entendu les prévisions météo. « La situation locale peut faire une grosse différence, par exemple la force et la fréquence du vent en rafale. A terme, nous comptons établir la corrélation entre la situation météo et la réaction de l’éolienne, en particulier sur les petits parcs, là où les comportements des éoliennes ne se compensent pas », explique Ronan Bars.

Surtout, la plate-forme de Meteo*swift ainsi upgradée pourrait fournir des stratégies affinées de vente sur les marchés aux exploitants. Les parcs éoliens développés sous complément de rémunération devraient ainsi représenter un autre terrain de jeu très adapté pour les équations issues  des cerveaux et ordinateurs versaillais.