[Exclusif] RES contractualise avec e6 pour l’agrégation de son premier parc éolien

Print Friendly, PDF & Email

res-corbieresLe développeur et exploitant RES vient de signer son premier contrat d’agrégation dans l’éolien, pour un parc de dix turbines de 1,3 MW dans les Corbières, à Treilles (Aude). L’agrégation a été confiée à la société e6, basée à Lausanne (Suisse).

Avant de voir sa production mise sur le marché à partir de décembre, le parc de 15 ans d’âge a bénéficié d’un « retrofit », ie d’une remise en état qui lui a permis de retrouver une disponibilité des machines de 95%. Il est aussi devenu plus « communicant », pour permettre à RES et e6 d’améliorer les données reçues en temps réel.

Des données pour mieux « nominer »

L’agrégateur suisse est en effet un gros consommateur de ...

données terrain, qu’il croise avec du big data. Le contrat conclu par RES avec lui est audacieux, car l’électricité sera vendue sur le marché des futures (d’une semaine à un an) et non sur le marché journalier. « Cela devrait représenter plusieurs euros supplémentaires par MWh, mais suppose une prise de risque sur le prix à terme de l’électricité », explique Jean-François Petit, directeur général adjoint de RES. Les données collectées puis interprétées par e6 et RES serviront justement à réduire le risque de la vente à terme et c’est la raison du choix de cet agrégateur, à la suite d’un appel d’offres lancé par le développeur auprès de sept prestataires.

Une première dans l’éolien, la suite dans le solaire

Les termes financiers du contrat de deux ans entre RES et e6, qui sera aussi opérateur de trading, ne sont pas dévoilés, Jean-François Petit se bornant à signaler « un partage de la valeur au-dessus de la valeur spot ». RES compte gagner de l’argent dès l’année prochaine sur ce parc, même en tenant compte de la cure de jouvence de plusieurs centaines de milliers d’euros, qui relance le parc pour 5 à 10 ans. La prochaine mise sur le marché d’un parc éolien chez RES aura lieu en 2018. D’ici là, c’est sur le versant photovoltaïque et avec les premiers projets solaires CRE4 que ce développeur renforcera son expérience dans l’agrégation ; cela dit, le choix d’un agrégateur sur le créneau solaire n’est pas prévu avant plusieurs mois. L’évolution du mécanisme de soutien dans l’éolien pourrait rendre d’autant plus précieuse, pour RES, cette première expérience dans les Corbières et ses enseignements.

e6 planche sur la data

Créé il y a deux ans par Mathieu Bonnet à Lausanne, e6 réunit douze personnes, des spécialistes informatiques qui ont développé une compétence sur le big data, le machine learning et l’exploitation de données de production pour mieux commercialiser l’électricité d’origine renouvelable sur les différents marchés. La société est en phase de démarrage commercial mais vise dès maintenant une position importante en Allemagne et en  France. Elle fait l’objet d’un fort intérêt de la part de Quadran, notamment.

Peu de parcs éoliens voient leurs production entièrement vendue sur le marché aujourd’hui. L’agrégateur Hydronext commercialise depuis avril 2015 la production d’un parc dans la Somme et le fournisseur coopératif d’électricité verte Enercoop le fait depuis 2014 pour 5 éoliennes de la Compagnie du Vent (Engie). Pour ce dernier parc, le contrat de gré à gré était initialement fixé à 47€/MWh pendant 19 mois.