[Enquête] Agrégation EnR : les raisons de l’attentisme

Print Friendly, PDF & Email
Bureaux d'EDF Trading
Bureaux d’EDF Trading

L’arrivée du mécanisme « marché + prime », dans le solaire et désormais l’éolien, conduit les développeurs à repenser leur stratégie et leur organisation. Avec une interrogation clé : faut-il déléguer la commercialisation à un tiers ou tout faire pour la maîtriser ? « Nous devons nous donner les moyens d’accéder au marché, mais aussi de ne pas en être totalement dépendant », estime Jérôme Billerey, directeur général de Quadran. Le développeur-producteur poursuit depuis 2013 une stratégie ambitieuse, qui consiste à construire un groupe intégré, depuis la génération d’électricité renouvelable jusqu’à la vente aux clients, en passant par l’agrégation. Tout en conservant quand même, quand c’est possible, une logique de proximité : « Mon rêve ? Nos centrales produisent et nos consommateurs locaux consomment ! » formule Jérôme Billerey.

De la production à l’agrégation

Cette feuille de route vers l’intégration verticale explique l’entrée au capital de l’agrégateur Hydronext en 2015 et le souhait d’y être rejoint, mais sans succès pour l’instant, par d’autres producteurs. « Certains acteurs réfléchissent à créer un agrégateur commun mais aucune initiative n’a pour le moment émergé. On constate au contraire une explosion d’offres sur le marché, qui va devenir vite très concurrentiel et générer sans doute peu de marges », analyse Damien Ricordeau, président du cabinet de conseil Finergreen.

La volonté d’anticiper a aussi ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.