Aux Antilles françaises, Génergies prépare l’ère des micro-réseaux

Print Friendly, PDF & Email
Stecy
Capture d’écran, vidéo Stecy

Créée en 2009 en Guadeloupe par Andrès Mezière, Génergies a essaimé en Martinique et en Guyane où une vingtaine de salariés assurent la conception de solutions clés en main, la réalisation et la maintenance d’installations solaires – thermiques ou photovoltaïques – pour les professionnels. Parallèlement, Génergies prépare l’ère des micro-réseaux intelligents avec un premier projet pilote en Guadeloupe.

Solutions clés en main

Sept ans après sa création, Génergies affiche aujourd’hui un chiffre d’affaires annuel de [am4show have=’g1;g2;g4′ user_error=’Please_Upgrade’ guest_error=’Please_Subscribe’]10 M€. La PME se risque tout juste sur le marché des particuliers après s’être consacrée, depuis sa création, quasi exclusivement aux secteurs industriel et tertiaire. L’entreprise a développé une offre de services d’ingénierie et de production d’énergies renouvelables – chaleur et électricité solaire notamment -, ainsi que des solutions clés en main d’autoconsommation.

Maintenance d’actifs

Elle fait également de la maintenance d’actifs solaires un axe prioritaire avec une quinzaine de mégawatts sous gestion pour le compte de tiers. Afin d’accroître son parc géré et donc d’optimiser ses coûts de maintenance, Génergies a récemment acquis un portefeuille de 9 parcs photovoltaïques au sol, représentant 8 MW installés en Guadeloupe et Martinique, au fonds d’investissement InfraVia. Et d’autres opérations pourraient suivre : « Nous cherchons des actifs de très bonne qualité, de taille importante et serions prêts à faire un ou deux autres rachats comme celui-ci en 2017 », assure Andrès Mezière qui compte également sur la croissance organique pour atteindre une taille critique. L’entreprise a remporté 3 projets lors de l’appel d’offres PV+stockage de la CRE, pour une puissance cumulée de 2,11 MW.

Micro-réseaux

Le développement de ces projets permettra également à Génergies de prolonger sa réflexion sur l’articulation entre EnR, stockage et réseau. L’entreprise travaille en effet depuis 2011 sur la problématique des micro-réseaux dans les territoires insulaires avec en ligne de mire l’amélioration du contenu carbone de l’électricité. Son projet Stecy, en fonctionnement depuis 2014 à Jarry, en Guadeloupe, est un micro-réseau interconnectant trois bâtiments et comprenant 300 kW de solaire photovoltaïque et des solutions de stockage mutualisés.

Ces dernières années, Génergies a surtout travaillé sur l’aspect logiciel de son projet et cherche désormais une équation économique satisfaisante. Pour cela, l’entreprise penche pour une approche multi-services et multi-clients : « l’idée est que la batterie réponde à la fois aux besoins du producteur d’électricité verte, du consommateur et du gestionnaire de réseau pour mieux la rentabiliser : en cas de coupure de courant, le consommateur bénéficie d’une continuité d’approvisionnement, le producteur PV peut continuer à écouler sa production en cas de délestage et le gestionnaire de réseau bénéficie de services-système », détaille Andrès Mezière. A terme, Génergies se voit comme un agrégateur de services mais la concrétisation de son projet est encore conditionnée à des avancées d’ordre réglementaire.

Visées à l’international

Génergies a récemment ouvert un bureau en Métropole, à Lyon « pour être proche des grands centres de recherche et déployer une offre de conseils aux maîtres d’ouvrage, pour candidater aux appels d’offres de la CRE par exemple », indique Andrès Mezière. Mais pour ses compétences en micro-réseaux, Génergies vise plutôt le bassin caribéen – où le solaire avec stockage est déjà à la parité réseau – l’Afrique et le Moyen-Orient.[/restrict-content]