Recyclage : Canibal atteint 9 M€ levés

Print Friendly, PDF & Email

collecteur-canibalLa start-up francilienne Canibal, à l’origine d’un collecteur de déchets intelligent, vient de boucler sa quatrième levée de fonds en quatre ans. Cette nouvelle augmentation de capital de 1,5 million d’euros a été réalisée auprès de Financière Fonds Privés, au capital depuis 2012 et à l’origine de 90% des fonds récoltés par Canibal. Sur ce tour, 20% de la somme ont été levés sur la plateforme de crowdfunding Smart Angels.

Le marché international toujours en ligne de mire

2012, 2014 et 2015 : après avoir levé 9 M€ au total, Canibal est-elle enfin rassasiée ? « Pour l’instant, on ...

est dans l’idée que cette levée de fonds sera suffisante pour nos développements futurs. Mais s’il y a de nouveaux investissements à faire, on n’exclut pas la possibilité de réaliser une nouvelle augmentation de capital », répond Benoit Paget, le fondateur et dirigeant de Canibal, qui n’est plus majoritaire au capital de l’entreprise.

La société, qui dispose déjà de 140 machines installées, dont deux en Suisse, cherche à se développer sur les marchés luxembourgeois et belge, « assez simples, car voisins ». Même si le principal enjeu est de s’attaquer au marché américain sur lequel la start-up lorgne depuis 2012. « On voudrait enclencher les choses et mener les premières actions pour 2017 », explique le fondateur.

Sensibiliser les utilisateurs

Outre le développement à l’international, la société voudrait profiter de cette levée de fonds pour accélérer la commercialisation de sa nouvelle machine I3. Totalement digitale, avec une partie interactive améliorée, la machine est également entièrement connectée et administrée à distance. Les clients peuvent jouer, s’informer avec des quizz sur le recyclage ou encore diffuser des contenus sur les bienfaits de la récupération. « On utilise les déchets comme un moyen d’attractivité mais le but du jeu, c’est de faire adhérer les gens. Les éduquer, les sensibiliser voire même les instruire », précise Benoit Paget qui espère disposer de 200 machines en activité d’ici la fin de l’année.

Canibal a enregistré un chiffre d’affaires de 1 M€ en 2015, provenant à près de 70% de la vente des machines, un peu moins de 25% des services et le petit solde de la revente des matériaux. Elle vise 1,5 à 1,8 M€ de CA en 2016.