Engie termine son projet de géothermie marine à Marseille, mais bute à La Réunion

Print Friendly, PDF & Email
OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Thassalia a une convention d’occupation temporaire du domaine public pour 35 ans avec le Grand Port Maritime de Marseille et la Métropole

De Marseille* – Dans la cité phocéenne, le nouveau réseau Thassalia chauffe et climatise depuis quelques jours des bureaux du quartier d’affaires Euromediterranée grâce à l’énergie thermique de la Méditerranée. Le projet, piloté par deux filiales d’Engie – Cofely et Climespace –, a nécessité un an de travaux et 35 millions d’euros d’investissement pour alimenter, à terme, quelque 500 000 m2 de locaux. Après l’inauguration, prévue en octobre, le groupe espère essaimer en France et à l’international mais les temps de développement sont longs et aucun nouveau projet n’a été officialisé.

Casse-tête chinois

En sous-sol, six pompes envoit l'eau de mer à l'étage supérieur. Au maximum, le débit traité est de 3600 m3/heure
En sous-sol, six pompes envoient l’eau de mer à l’étage supérieur où se trouvent les machines. Au maximum, le débit traité est de 3600 m3/heure

Sur le grand port maritime de Marseille, non loin des ferry-boats en partance pour la Corse, un étrange cube en béton a remplacé le bâtiment des douanes. D’aspect brut et épuré, il renferme un vrai casse-tête chinois fait de pompes et de chaudières, de groupes froid et d’échangeurs thermiques, de tuyaux et de câbles. Le tout sur trois niveaux et un espace de 2600 m2. Le reste est ...

Article précédentL’agenda du Green Business
Article suivantEolien marin : comment Iberdrola veut faire baisser les coûts [Entretien]