Eren confiant dans le potentiel EnR de l’Inde [7/7]

Print Friendly, PDF & Email
sRondel
Sébastien Rondel

[Compte-rendu] GreenUnivers a organisé le mardi 7 juin 2016, la troisième édition de sa conférence annuelle sur le financement des projets d’énergies renouvelables. Cinq cas  de financement de projets originaux ont été présentés. 

-> Sébastien Rondel, directeur des financements de projets d’Eren, a proposé son point de vue sur les opportunités et les risques du développement de projet en Inde.

***

L’Inde : pays gigantesque aux opportunités… gigantesques. Le sous-continent prévoit un plan solaire terriblement ambitieux avec un objectif de 175 GW de solaire installé à horizon 2022 : « et on a de bonnes raisons de croire que cela va se faire », explique Sébastien Rondel, citant notamment le fait que le solaire est devenu moins cher et plus rapide à développer que le charbon dans un pays ou 300 millions d’habitants attendent encore d’avoir accès à l’électricité. « On comptait moins de 1 GW de solaire installé en 2014, plus de 6 GW fin 2015 », illustre-t-il .

L’entreprise Eren, ...

cofondée par Pâris Mouratoglou et David Corchia, s’est installée en Inde en partenariat avec EDF EN et l’indien Acme, deuxième développeur solaire du pays. Même si des rumeurs sérieuses évoquent la fin de cette alliance, Eren ne remet pas en cause sa présence dans le pays car le potentiel y est énorme. « L’Inde est un pays riche. Il y a beaucoup de pauvres, certes, mais aussi beaucoup de riches prêts à investir dans des projets », commente Sébastien Rondel, qui espère orienter ces « poches de liquidités » vers les renouvelables.

Sébastien Rondel identifie trois autres grandes sources de financement en Inde : les banques de développement internationales (IFC, ADB, FMO), les banques locales privées, plus flexibles, et les banques publiques, « un peu compliquées mais qui connaissent le terrain et sont plus à l’aise avec le risque local ».

  • Consulter la présentation de Sébastien Rondel ci-dessous ou ici (PDF) :