Economie circulaire : 1er tour de table pour Comerso

Print Friendly, PDF & Email
Livraison de marchandises par un employé de Comerso. (crédit photo : Comerso).
Livraison de marchandises par un employé de Comerso (crédit photo : Comerso).

Comerso, fondée en 2013 et spécialisée dans le recyclage des produits alimentaires de la grande distribution, vient de lever 2,2 millions d’euros pour son premier tour de table auprès des fonds Impact Partners et Aquiti Gestion. Pour cette start-up d’Agen (Lot-et-Garonne), positionnée sur le même marché que l’entreprise parisienne Phenix, c’est une étape importante afin de se renforcer sur le territoire national et mettre un pied à l’international.

Des objectifs de recrutement importants

Malgré le montant collecté, « la majeure partie du capital ...

est restée entre les mains des deux fondateurs », précise Rémi Gilbert, cofondateur de la jeune pousse.

« Avec cette somme, nous sommes tranquilles pour deux ans. Nous n’aurons pas besoin d’un nouveau tour de table avant », ajoute le dirigeant. L’argent collecté répond à plusieurs objectifs, notamment en termes de recrutement. « Nous aimerions monter à une vingtaine de salariés d’ici 3 à 5 ans,contre six actuellement », développe Rémi Gilbert.

La société va aussi investir dans la recherche pour développer son outil informatique qui assure l’interface entre les distributeurs et les organismes d’aide alimentaire qui récupèrent les produits. Elle souhaite avant tout consolider sa base existante dans le Sud-Ouest du pays et s’implanter aussi dans le Sud-Est, avant de s’ouvrir à l’international et notamment vers l’Europe du Sud – plus particulièrement en Italie et en Espagne.

Créer un lien entre la grande distribution et les associations

Bien que la start-up ne soit pas la seule présente sur le marché de la valorisation alimentaire, elle compte se démarquer en créant un lien entre la grande distribution et les associations (Banque alimentaire, Restos du cœur, Secours Populaire français…) et en proposant des services spécifiques. Avec notamment une équipe chargée de choisir les marchandises chez les distributeurs, pour s’assurer d’avoir toujours une bonne qualité des produits.

Autre différence, la gestion en interne de la logistique des denrées alimentaires (90 à 95% des produits traités par la société) : Comerso dispose d’un logiciel pour contrôler, suivre et tracer les marchandises en temps réel. « Nous avons même accès au niveau de température dans les différents lieux de stockage, pour s’assurer d’une bonne conservation », précise Rémi Gilbert. Un partenariat avec le réseau Envie – qui réunit des entreprises d’insertion régionales – permet à Comerso d’avoir à sa disposition des camions frigorifiques.

« Nous offrons donc des produits de qualité, frais tout en garantissant une gratuité totale aux associations », conclut Rémi Gilbert. Gagnant-Gagnant : d’un côté, les associations disposent quotidiennement de marchandises de qualité, de l’autre les grandes surfaces réalisent des économies de 30 à 50% sur les coûts de traitement des déchets.