[Focus Pays] Au Mexique, 2016 sera une année charnière pour les EnR

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Flickr/Serge Laroche)
(Crédit : Flickr/Serge Laroche)

Pour beaucoup d’entreprises françaises des cleantech, la croissance se fait et se fera de plus en plus à l’international. Pour mieux connaître les marchés les plus porteurs, GreenUnivers inaugure une série d’articles sur des pays offrant des opportunités intéressantes, avec l’aide des correspondants locaux de Business France. Le premier volet est consacré au Mexique, où la libération du secteur énergétique est une aubaine pour les acteurs étrangers –

Le Mexique a célébré en mars son premier appel d’offres renouvelables. Avec plus de 2 milliards de dollars d’investissements prévus, ce seul round est un véritable succès pour le gouvernement qui a su attirer l’intérêt de nombreux groupes internationaux. Une première pour un pays où le secteur énergétique était, il y a encore peu, sous monopole public. La libéralisation du secteur offre d’importantes opportunités d’affaires pour les acteurs français cherchant à s’y implanter.

Contexte favorable

L’année 2015 a sans aucun doute posé les jalons de la transition énergétique en cours au Mexique. Une prise de conscience collective s’est cumulée à un certain nombre d’évènements (la fin du monopole de la Commission Fédérale d’Electricité, succès de la Cop21) qui ont conduit le gouvernement à voter sa première loi de transition énergétique en décembre dernier, ouvrant grand les bras aux énergies renouvelables. Le secrétaire d’Etat à l’Energie, Pedro Joaquín Coldwell, a rappelé en début de semaine que son pays se fixait comme objectif d’atteindre les 35% d’EnR en 2024. « C’est un objectif plausible connaissant les caractéristiques très propices du Mexique », affirme Gilles Lalu, chargé de développement industries & cleantech au Mexique pour Business France.

Selon ...

Article précédentUn plan à 51 M€ pour rénover 1 000 immeubles parisiens
Article suivantStockage : la carte anti-fatigue d’Enerstone séduit