Effacement industriel : REstore se lance en France avec 20 négawatts

Print Friendly, PDF & Email
ArcelorMittal (Crédit : REstore)
ArcelorMittal (Crédit : REstore)

Fondé à Anvers en 2010 par Jan-Willem Rombouts et Pieter-Jan Mermans, l’agrégateur d’effacements industriels REstore arrive en France après avoir conquis le Benelux, le Royaume-Uni et l’Allemagne. Grâce à sa solution propriétaire permettant d’automatiser l’effacement et la modulation en fréquence chez ses clients, la PME participe aux mécanismes de réserve primaire, bien plus exigeants – et donc plus rémunérateurs – que les mécanismes de capacité ou d’effacement. En France, où elle a obtenu le statut d’opérateur de réserve auprès de RTE, REstore se lance avec un portefeuille de 20 négawatts.

Viser le Top 3 européen

Sur le marché – en pleine émergence – de l’agrégation de flexibilité, la belge REstore avance ses pions avec une idée en tête : finir dans le Top 3 européen… quand ce Top 3 existera ! Face aux autres sociétés qui nourrissent certainement les mêmes ambitions qu’elles – EnerNoc, Energy Pool ou Actility… – REstore revendique un atout-maître déjà protégé par une ribambelle de brevets : sa ...

Article précédentSolaire : Yingli pourrait faire faillite
Article suivantDeux nouveaux DGA pour Paprec Group