La conférence environnementale ne fait plus rêver

Print Friendly, PDF & Email
Conseil économique social et environnemental CESE
Le Conseil économique, social et environnemental, Paris (Source : creative commons)

Espérée « inédite » par Ségolène Royal mais boycottée car jugée « déconnectée des questions industrielles et des véritables enjeux climatiques » par la CGT, la 4e édition de la Conférence environnementale se déroulera à Paris les 25 et 26 avril, trois jours après après la signature de l’Accord de Paris à New York, ce 22 avril. Il s’agit de rendre compte, devant la société civile (ONG, syndicats…) et le Conseil national de la transition écologique, des avancées réalisées en faveur de la transition énergétique et écologique.

Cet événement se focalisera sur 3 points principaux. D’abord, l’application de l’agenda des solutions pour la croissance verte. Ensuite, l’implication des citoyens, des territoires et de l’Etat dans la transition énergétique. Enfin, la préservation des milieux afin d’améliorer le cadre de vie et la santé des personnes. Mais quelques mois après l’espoir suscité par le vote de la loi sur la transition énergétique et le succès de la Cop21, le climat est plutôt à l’inquiétude après le report de la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE). D’autres dossiers cristallisent les mécontentements comme celui de l’aéroport Notre-Dame-des-Landes, qui s’invitera dans les échanges suite aux exigences formulées par la fédération France Nature Environnement et le Réseau Action Climat, notamment.

Fixer une vingtaine de mesures

Outre le bilan, l’objectif de la conférence est aussi de fixer une feuille de route pour 2016 – début 2017 comprenant une vingtaine de mesures nouvelles à mettre en œuvre. La feuille de route de l’édition 2014 comprenait 74 mesures, celle de 2013, 50 mesures, et celle 2012, 83 mesures.

Cette future feuille de route « s’inscrira dans une dynamique nationale et internationale, créant de l’activité, des emplois et contribuant à la croissance verte et bleue comme à la lutte contre le changement climatique », promet le gouvernement. Néanmoins, ils sont nombreux à douter de l’issue du dialogue. « EELV attend du gouvernement qu’il ne manque pas une occasion supplémentaire de joindre les actes à la paroles », a par exemple expliqué dans un communiqué le parti écologiste, présent à la conférence.

Ce rendez-vous annuel, promesse de campagne de François Hollande en 2012, sera ouvert par le Président de la République et clôturé par le Premier ministre. Il a traditionnellement lieu à l’automne mais la 4e édition,  prévue pour 2015, a été décalée au début 2016 en raison de la Cop21.

Pour aller plus loin, consultez les feuilles de route des éditions précédentes, ci-dessous ou ici (2014/2013/2012)