TravelerCar décolle avec 5 M€

Print Friendly, PDF & Email
La plateforme web de Traveler Car. (Crédit : Traveler Car)
La plateforme web de Traveler Car. (Crédit : Traveler Car)

Après une première augmentation de capital de 750 000 euros en 2014 et le rachat de son concurrent Carnomise fin 2015, TravelerCar passe à la vitesse supérieure en réussissant une levée de fonds de 5 millions d’euros. La plateforme de partage de véhicules entre voyageurs fait entrer à son capital Maif Avenir, le fonds d’investissement de l’assureur éponyme, qui rejoint des business angels, notamment Network Finances, un fonds d’entrepreneurs ...

dédié au financement de projets dans l’internet et la mobilité. L’équipe des créateurs conserve le contrôle de la société.

Destination Europe

Selon Ahmed Mhiri, cofondateur du site en 2012, TravelerCar réunit 100 000 utilisateurs et espère dépasser les 500 000 membres d’ici la fin de l’année. Les fonds collectés vont servir à accélérer le déploiement dans les métropoles européennes – TravelerCar est déjà présent en Belgique, aux Pays-Bas et en Suisse – en outre-mer et dans les villes moyennes de l’Hexagone. Présente dans les aéroports, les gares et certains ports comme celui de Marseille, cette entreprise de 26 salariés veut aussi se développer en centre-ville et y ouvrir des agences.

Le modèle de TravelerCar est basé sur deux prestations : 1) proposer aux voyageurs partant au moins deux jours de louer leur voiture pendant leur absence en échange d’un parking gratuit et d’une indemnité kilométrique en fonction de la distance parcourue par le locataire ; 2) commercialiser les places désertes, par exemple sur les parkings d’hôtels, avec une économie de 50% par rapports aux tarifs dans les parcs opérés par des professionnels. La formule semble avoir bien réussi puisque Ahmed Mhiri met en avant une croissance de 500% par an depuis les débuts, sur un créneau où il ne compte en Europe qu’un vrai alter ego, Tripndrive – il existe aussi FlightCar aux Etats-Unis et un autre concurrent en Australie.

Il faut savoir partager

Pour poursuivre sur cette dynamique, le site devra continuer à familiariser les voyageurs avec son concept, Ahmed Mhiti reconnaissant que « tout le monde n’est pas à l’aise pour partager, c’est pour cela que nous avons une formule pour ceux qui ne souhaitent pas louer leur véhicule ».  TravelerCar a en tout cas réglé un gros problème, celui de l’assurance des véhicules et de leur utilisateur locataire, désormais assumée par la Maif qui, signe incontestable de confiance, est donc entrée au capital. La plateforme a aussi réussi à gérer une organisation hybride, avec des mises en relation 100% internet mais aussi des agents qui récupèrent les voitures si besoin, le tout en collaboration avec des hôtels, des garagistes, des opérateurs de parking.