Transition énergétique toujours difficile pour E.ON et RWE

Print Friendly, PDF & Email

nuageSurcapacités liées à la montée en puissance des énergies renouvelables, chute des prix de l’électricité sur les marchés de gros qui écrase les marges, perte de valeur des centrales thermiques… Les énergéticiens allemands continuent à broyer du noir. Le numéro un, E.ON, a annoncé ce matin une perte nette record de 7 Mds€ en 2015, liée à des dépréciations d’actifs de 8,8 Mds€ sur ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.