Solvay, CDC et Marubeni renforcent leur alliance dans l’efficacité énergétique

Print Friendly, PDF & Email
(Crédit : Flickr / Jorge Franganillo)
(Crédit : Flickr / Jorge Franganillo)

Le trio belgo-franco-japonais, formé en septembre 2013 dans le domaine de l’efficacité énergétique industrielle, conforte son partenariat en créant une holding commune, baptisée Eeco. Un portefeuille de quatre projets lui est transféré. D’autres sont prévus sur des usines Solvay mais aussi des sites tiers.

Holding de tiers financement

Eeco est détenue et abondée à parts égales par Solvay Energy Services (filiale à 100% de Solvay), la Caisse des Dépôts et Marubeni. Elle a récemment levé de la dette sans recours auprès des banques Bank of Tokyo – Mitsubishi UFJ appartenant au groupe MUFG et Sumitomo Mitsui Banking Corporation Group. Aucun montant n’est communiqué si ce n’est une fourchette d’investissement comprise entre 5 et 50 millions d’euros par projet. « La holding prendra à sa charge les investissements initiaux dans les projets et sera remboursée au fur et à mesure sur les économies générées dans le cadre de ...

contrats de long terme avec les usines », explique un porte-parole de Solvay.

Marubeni et CDC interviennent principalement en tant qu’investisseurs privés aux côtés de Solvay Energy Services qui déploie ses compétences en matière d’efficacité énergétique.

Un portefeuille de quatre projets

Eeco regroupe désormais quatre projets d’efficacité énergétique, menés sur des sites Solvay. Le premier a été lancé en septembre 2013 sur l’usine de recyclage de terres rares issues des lampes basse consommation de La Rochelle. La rénovation d’une turbine à gaz et le remplacement d’une chaufferie au fuel par une chaufferie gaz ont contribué à réduire de 20% la facture énergétique et de 25% les émissions de gaz à effet de serre, assure le porte-parole. Le deuxième projet, lancé à Lyon l’année dernière, a permis la modernisation d’une unité de cogénération sur le site de Solvay Belle-Etoile, près de Lyon. Pas encore de véritable bilan si ce n’est « des performances en ligne avec ce qui était prévu », assure Solvay.

Deux autres projets concernant les unités de cogénération des sites de Tavaux (Jura) et de Spinetta (Italie) ont été dévoilés ce jour. Dans le premier, l’amélioration des performances des quatre chaudières existantes (fuel et gaz) est au programme. Pour le deuxième, le remplacement d’une turbine à gaz et le revamping du réseau électrique sont prévus.

En tout, ces quatre projets représentent une puissance électrique installée de 230 MW, pour une capacité de production de vapeur supérieure à 900 tonnes par heure, indique Solvay.