Les éoliennes plus fortes que les vieilles pierres

Print Friendly, PDF & Email
sppef_lanou®e-2
(Crédit : SPPEF)

Plus de peur que de mal pour les représentants de la filière éolienne, de plus en plus inquiets ces derniers jours de voir l’article 33 bis du projet de loi Création et patrimoine survivre au parcours parlementaire. Introduit le 17 février par amendement et en première lecture au Sénat, cet article rendait obligatoire l’avis conforme de l’Architecte des Bâtiments de France (ABF) pour tout projet éolien dans un champ de covisibilité et dans un rayon de 10 km autour d’un monument historique. Des critères larges qui amenaient à placer sous surveillance 99% de l’Hexagone… Une disposition qui correspondait aux attentes de plusieurs associations de défense du patrimoine, notamment celles de la Société pour la protection et du patrimoine et l’esthétique de la France (SPPEF).

Les parlementaires écologistes se mobilisent

La Commission des affaires culturelles de l’Assemblée nationale avait ...

Article précédentEnR : vers des appels d’offres franco-allemands ?
Article suivantInfravia Capital sort de l’éolien