CertiNergy restructure son activité CEE

Print Friendly, PDF & Email

efficacité-énergétiqueSix mois après le placement de sa principale filiale en procédure de sauvegarde, le pionnier de la valorisation des certificats d’économie d’énergie (CEE) CertiNergy fait le point sur sa transformation accélérée pour sortir de l’ornière alors que le marché reste difficile.

Effectif divisé par deux

Un effectif divisé par deux, une économie annuelle de plus de 7 millions d’euros : la transformation, douloureuse, de CertiNergy SAS est aujourd’hui presque achevée, assurent ses dirigeants. La principale filiale du groupe – un quart des effectifs et 50% de l’activité – est aujourd’hui plus « équilibrée » et plus « agile », selon Frederic Utzmann, son président et cofondateur qui espère pouvoir sortir de la procédure de sauvegarde avant l’été 2016. Il avait obtenu la protection du tribunal de commerce de Paris en septembre 2015 alors que la chute brutale des cours des CEE avait mis l’entreprise en difficulté. Un plan de remboursement de la dette – dont le montant n’est pas communiqué – sera transmis aux partenaires et créanciers dans les prochains jours avant d’être soumis à la validation du tribunal d’ici juin.

Changement de modèle contractuel

Pierre angulaire de cette restructuration : un changement de modèle contractuel proposé à la clientèle BtoB lui permettant de s’affranchir du risque de marché. « CertiNergy est désormais ...

rémunéré proportionnellement au volume de CEE généré. La commission est calculée en euro par MWh cumac », détaille Frédéric Utzmann. Ce sont donc désormais les clients finaux qui supportent la volatilité sur le marché des CEE, empochant la plus-value si les prix de marché montent au-delà du prix de la commission versée à CertiNergy mais perdant de l’argent s’ils baissent. A l’heure actuelle, le mécanisme paraît peu incitatif puisque le prix des CEE tourne autour de 1,50 €, mais Frédéric Utzmann anticipe une hausse dès mi-2016, liée notamment aux effets du durcissement des règles entre la deuxième et la troisième périodes. « 90% des dossiers CEE en cours sont aujourd’hui basés sur ce nouveau modèle contractuel : la grande majorité des partenaires de CertiNergy lui a donc maintenu sa confiance », assure Frédéric Utzmann.

Côté résidentiel, CertiNergy continuera en revanche avec le modèle pré-existant en s’engageant à verser des primes avant la réalisation des travaux, quitte à perdre au jeu si le cours baisse. « Mais nous faisons évoluer la grille tarifaire plus rapidement en l’adaptant aux prix de marché », précise Frédéric Utzmann.

Focus sur les CEE précarité énergétique

L’entreprise compte se saisir de l’opportunité des CEE précarité énergétique, en vigueur depuis le 1er janvier 2016. Bonifiés par rapport aux CEE classiques, leur prix s’établit pour l’instant aux environs de 4,50€. CertiNergy compte réaliser plus d’un quart de ses volumes CEE grâce à cette activité dès 2016. Elle indique d’ailleurs avoir obtenu du pôle national des CEE ses premiers CEE précarité énergétique le 15 mars. Et son programme « Pacte Énergie Solidarité » a été déclaré éligible aux CEE « précarité énergétique » jusqu’en juin 2016, période durant laquelle CertiNergy espère plus de 5 000 réalisations. Mis en place en 2013, le Pacte Énergie Solidarité permet l’isolation des combles perdus des ménages modestes ou très modestes pour 1€.