RWE sur le chemin d’E.ON ?

Print Friendly, PDF & Email

rwe-photoUn an après son rival E.ON, le n°2 allemand de l’énergie RWE annonce à son tour la scission de ses activités, avec la création d’une entité spécifique pour les domaines « future-oriented » : énergies renouvelables, réseaux et distribution seront placés dans cette nouvelle filiale détenue en majorité par RWE, mais dont environ 10% sera placé en Bourse fin 2016. RWE amorce-t-il le même virage EnR qu’E.ON ? Pas encore…

RWE
La nouvelle structure RWE

3,5 GW d’EnR en portefeuille

Si le conseil de surveillance donne son feu vert le 11 décembre, RWE devrait donc créer la nouvelle entité (New SE) courant 2016. Basée à Essen, tout comme sa maison-mère, elle s’appuiera sur trois piliers. La division renouvelables, dotée d’un portefeuille d’actifs de plus de 3,5 GW, dont ...

 2 GW d’éolien terrestre. La division grid, avec 550 000 kilomètres de réseau de distribution. Et enfin pas moins de 23 millions de clients dans 12 pays d’Europe pour la branche retail. La société sera plus puissante que sa maison-mère puisqu’elle regroupera 40 000 salariés, sur les 60 000 que compte le groupe, pour un chiffre d’affaires de plus de 40 milliards d’euros (contre 48,4 Mds€  au global). Environ 10% du capital devrait être introduit en Bourse fin 2016 et RWE n’exclut pas d’étendre cette tranche à plus long terme tout en conservant la majorité du capital.

Pas de sortie des énergies fossiles

La maison-mère conservera les énergies conventionnelles ainsi que la branche trading. Mais contrairement à E.ON qui compte, à terme, abandonner les énergies fossiles, RWE insiste de son côté sur l’importance stratégique de cette activité, présentée comme « back-up » à la transition énergétique.

La décision de RWE intervient alors que de plus en plus d’acteurs financiers annoncent leur intention d’interrompre, tout ou partie, du financement des sociétés impliquées dans le charbon. Dernier en date, le géant allemand de l’assurance, Allianz, qui a décidé de ne plus investir dans des sociétés réalisant plus de 30% de leur chiffre d’affaires à partir du charbon. Or, RWE génère 60% de sa production électrique à base de ce combustible sous forme de houille ou lignite.