Solaire intégré au bâti : Crosslux engrange 2,5 M€

Print Friendly, PDF & Email
Un vitrage Crosslux tenu par Marc Ricci, président et cofondateur. (Crédit : Crosslux)
Un vitrage Crosslux tenu par Marc Ricci, président et cofondateur de l’entreprise.       (Crédit : Crosslux)

L’objectif est plus qu’atteint pour la jeune pousse aixoise (Bouches-du-Rhône) Crosslux et sa technologie de vitrage photovoltaïque. L’entreprise récolte en effet 1,13 M€ – soit 20% de plus que l’objectif fixé – via une opération de crowfunding sur la plateforme de crowdequity Letitseed, propriété d’EOS Venture et agréée Prestataire de ...

Services d’Investissement (PSI).

Posé sur un bâtiment tertiaire, ce vitrage est source d’électricité et d’isolation thermique, tout en laissant passer la lumière grâce à un certain niveau de transparence (voir schéma ci-contre).

(Crédit : Crosslux)
(Crédit : Crosslux)

Cette levée de fonds, que complète un placement privé pour atteindre un total de 2,5 M€, doit permettre à l’entreprise de commencer à produire ses vitrages, protégés par cinq brevets. Et de se développer commercialement en France et à l’étranger, notamment à Santiago, Singapour et Shanghai.

Dès l’automne 2013, la jeune pousse tout juste créée est partie à la recherche de fonds, récoltant à l’époque 635 K€ auprès de 5 actionnaires.

Reprise des actifs de Nexcis ?

« Cette levée de fonds nous dote des ressources nécessaires pour finaliser le processus de reprise d’une partie des actifs de Nexcis », avance dans un communiqué Marc Ricci, cofondateur et président de Crosslux. Nexcis, filiale d’EDF spécialisée dans la R&D sur le solaire à couches minces et implantée également vers Aix-en-Provence, est en cessation d’activité après un long feuilleton.

Repère : Épilogue pour Nexcis – Octobre 2015

Contactée par GreenUnivers, Crosslux n’a toutefois pas souhaité donner davantage de détails sur ce projet. Selon le quotidien Les Echos, il s’agirait de « récupérer des machines et un savoir-faire stratégique ».

Recours à une plateforme agréée PSI, quels avantages ? 

Les plateformes de crowdequity* peuvent être agréées par l’AMF et l’ACPR en tant que prestataires de services d’investissement (PSI) ou être immatriculées en tant que conseillers en investissements participatifs (CIP). L’agrément PSI, octroyé en avril à EOS Venture, propriétaire de Letitseed, rend possible les levées de fonds sans limite de montant. « Ce statut permet d’exercer dans toute l’Europe et augmente les possibilités de communication, mais nécessite un back office bancaire permettant le cantonnement des fonds », précise un porte-parole de Letitseed. Pour obtenir un agrément PSI, les plateformes doivent présenter un minimum de 50 000€ de fonds propres.