Les salariés des PME motivés par la transition énergétique [Enquête]

Print Friendly, PDF & Email

green-roundtable-office-environment-conferenceLa prise de conscience écologique des salariés n’est pas un mythe : 75% des collaborateurs des PME et ETI françaises estiment avoir un rôle à jouer dans la transition énergétique et écologique (TEE) de leur entreprise, selon une enquête réalisée par le Lab de Bpifrance auprès de 1 000 salariés* et publiée ce 2 novembre. Une bonne nouvelle pour les sociétés qui comptent sur les salariés pour favoriser l’adoption des éco-innovations comme iQSpot en matière de maîtrise de la consommation d’énergie des bâtiments.

Repère : Bpifrance promet 4 Mds€ pour la transition énergétique d’ici 2018

Un atout pour le business

63% des personnes sondées par Bpifrance pensent qu’une démarche éco-responsable donne l’image d’une entreprise tournée vers le futur et 82% y voient un avantage pour l’entreprise, tant au plan externe (clientèle) qu’interne (motivation des salariés). « Une entreprise peut faire écho aux préoccupations de ses salariés et susciter de l’innovation », analyse Elise Tissier, directrice du Lab.

De plus, 60% d’entre eux sont convaincus que les clients vont donner de plus en plus d’importance au critère écologique (traçabilité, qualité environnementale…) dans le choix de leurs produits. « Les salariés sont prêts à faire remonter leurs idées sur la baisse des dépenses énergétiques ou la manière de répondre aux attentes des clients », poursuit Elise Tissier.

Décalage entre le discours et les actes

Concernés par la TEE, les sondés se montrent aussi sévères : 87% jugent qu’il existe un décalage entre le discours environnemental de leur entreprise et la réalité quotidienne. De fait, 49% affirment que leur entreprise pourrait aller plus loin en termes d’innovation écologique. Et 77% souhaiteraient qu’elle s’implique davantage dans le respect et la promotion de l’environnement.

Les salariés sont aussi sans illusions sur les motivations profondes de leurs employeurs. Même si les rapports RSE (responsabilité sociétale et environnementale des entreprises) deviennent de plus en plus fréquents et étoffés, le volontarisme n’est pas perçu comme le principal levier de la TEE dans les PME et ETI. Selon 54% des sondés, c’est l’application des normes et des lois qui est le principal déclencheur.

Une image pas toujours positive

Au fil de son enquête, Bpifrance a aussi été confrontée à l’image que les salariés de PME et ETI se font de la transition énergétique. Cette dernière est souvent perçue comme trop chère, réservée aux grandes entreprises ou aux sociétés récentes, ou encore trop compliquée. A moins d’un mois de la Cop21, la TEE a encore besoin de soigner son image…

*Enquête réalisée en juillet 2015

Consulter l’étude de Bpifrance ci-dessous ou ici (PDF)