Air Liquide innove dans le captage de C02 mais l’équation économique reste incertaine

Print Friendly, PDF & Email
20151105_114221
Unité de cryogénisation : la chute de pression brutale entraîne un refroidissement du gaz. Le C02, alors liquifié, est capté puis purifié

Le géant français des gaz industriels inaugurait aujourd’hui une installation d’un nouveau genre, permettant de capter jusqu’à 90% du CO2 généré par son unité de production d’hydrogène, située à Port-Jérôme, en Haute-Normandie. L’innovation fait mouche en pleine mobilisation mondiale pour le climat. Mais la réussite technologique et industrielle présentée par Air Liquide n’est pas encore économique.

100 000 tonnes de CO2 captées chaque année

Sur l’immense zone industrielle de Port-Jérôme, au nord de l’estuaire de la Seine, des labyrinthes de tuyaux partagent les lieux avec des dizaines de cheminées, embrouillées dans leur propre fumée : la raffinerie d’Exxon Mobile est installée là, juste à côté de la plus grosse unité de production d’hydrogène de France, exploitée par Air Liquide (50 000 Nm3/h). A l’initiative de ce dernier, l’air va y devenir un tout petit peu plus pur : 100 000 tonnes de CO2 devraient y être captées chaque année, au lieu d’être relâchées dans l’air, grâce à la technologique Cryocap de captage de CO2 par le froid.

Petit marché

Décidée en 2012, l’installation est opérationnelle depuis quelques semaines. Concrètement, le CO2 généré lors ...

Ce contenu est réservé à nos abonnés. Pour lire la suite, vous devez vous abonner ou vous identifier.